Skip to content

Enquête : Veolia et Suez, un match qui dure depuis 150 ans

La semaine dernière, le conseil d’administration de Suez a rejeté l'offre de rachat de Veolia à 18 euros par action. Son directeur général Bertrand Camus a toutefois réitéré sa volonté de trouver un accord le plus vite possible. Ce mardi, une nouvelle journée de mobilisation contre cette fusion est organisée par les syndicats qui croient 4 000 emplois menacés, alors que le PDG de Veolia Antoine Frérot a annoncé qu'il n'y aurait aucune suppression. Derrière cette agitation se cache un véritable enjeu de souveraineté économique pour la France. Enquête.

Partage

Fondée en 1853, la Compagnie Générale des Eaux (CGE) devenue Veolia, veut manger la Lyonnaise des Eaux, créée en 1880 et désormais appelée Suez. Si elle y parvient, son capital étant émietté, elle ne serait pas à l’abri d’une OPA. Les eaux françaises pourraient passer sous drapeau étranger.

En 2006, le président de Veolia, le sarkozyste Henri Proglio, qui avait sorti sa maison des griffes de l’aventure Vivendi menée par Jean-Marie Messier, essaya de racheter Suez avec l’italien Enel. Le Premier ministre Villepin sauva Suez en l’adossant à Gaz de France. En 2009, Antoine Frérot prit les rênes de Veolia. À son tour, le groupe souffrit de difficultés en 2012. Frérot repoussa une tentative de rachat de Suez. Aujourd’hui, Veolia emploie 178 000 personnes pour un chiffre d’affaires de 27 milliards d’euros. Le 4 septembre, les 567,2 millions d’actions du groupe valaient presque 11 milliards d’euros.

Lire aussi : Enquête : Ce que l’État n’est pas prêt à payer pour notre sécurité

Pour mener son raid sur Suez, Veolia est aidé de… Jean-Marie Messier, devenu banquier d’affaire, et de la branche française de la banque Perella Weinberg Partners, dirigée par David Azéma. En 2014, ce dernier était directeur de l’Agence des Participations de l’État. Il avait candidaté au poste d’Antoine Frérot, avant de se retirer de la course. À l’APE, David Azéma a travaillé avec le secrétaire général adjoint de l’Élysée de l’époque, Emmanuel Macron. Azéma a quitté l’APE en juillet 2014 pour devenir numéro deux pour l’Europe de Bank of America-Merril Lynch. En août 2014, Emmanuel Macron fut nommé ministre de l’Économie. La vente d’Alstom à General Electric fut enclenchée. Bank of America-Merril Lynch fut choisie comme banque-conseil. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest