Genève : Yves Bouvier au cœur d’un nouveau scandale d’escroqueries de millionnaires russes

Crédit : @DR

Surfacturations, manipulations, sociétés-écrans, fraude fiscale, corruption, blanchiment d’argent : les affaires cernent le marchand d’art suisse Yves Bouvier. La dernière en date oppose le sulfureux intermédiaire à l’un de ses anciens clients, l’homme d’affaires russe Vladimir Scherbakov, qui l’accuse d’avoir artificiellement gonflé le prix des œuvres qu’il lui vendait. Retour sur les péripéties judiciaires d’un « ami » qui ne vous pas que du bien.

 

Les nuages s’amoncellent au-dessus d’Yves Bouvier. Le marchand d’art suisse, qui a fait fortune en montant la société de transport et d’entreposage d’œuvres d’art Natural Le Coultre, également célèbre pour avoir fondé les ports francs de Genève, du Luxembourg et de Singapour, est à nouveau dans la tourmente. Un homme d’affaires russe, Vladimir Scherbakov, accuse Yves Bouvier d’avoir utilisé un prête-nom afin de réaliser, sur son dos, des plus-values indues, dont le montant dépasserait un milliard de dollars. Dans la foulée, la justice helvète a ouvert une enquête.

 

A l’origine de l’affaire, un premier différend avec un oligarque russe

Comment Vladimir Scherbakov en est-il venu à soupçonner son intermédiaire ? Pour le comprendre, il faut remonter au début des années 2000. Entre 2003 et 2014, Yves Bouvier offre son aide à un premier homme d’affaires russe, Dmitry Rybolovlev, pour la constitution de sa collection de chefs-d’oeuvre.  Patron du club de football de Monaco, Dmitry Rybolovlev acquiert en une dizaine d’années et par l’entremise d’Yves Bouvier pour plus de deux milliards de francs suisses d’oeuvres diverses (soit l’équivalent d’1,7 milliard d’euros).

Aux manettes de Natural Le Coultre, Yves Bouvier, par ailleurs quasi-inconnu de la scène de l’art genevoise, a tout pour séduire un amateur d’art aussi fortuné que Dmitry Rybolovlev. L’oligarque est prêt à débourser de véritables fortunes pour des toiles de maîtres et la connaissance du milieu qu’a Yves Bouvier, ses innombrables sociétés offshore et son réseau de ports francs de par le monde en font un intermédiaire incontournable, pour qui cherche à se faire un nom dans le monde feutré des grands collectionneurs. Et cela fonctionne : les Chagall, Van Gogh, Picasso et autres Modigliani ne tardent pas à enrichir sa jeune collection.

 

Lire aussi : Patrick Eudeline : Médine, Cantat, la censure et moi

 

En 2014, cependant, la collaboration entre les deux hommes prend brutalement fin. Depuis 2015, Dmitry Rybolovlev accuse son ancien intermédiaire de l’avoir trompé sur la nature de ses activités. Si Yves Bouvier affirmait travailler à la commission, il fixait en réalité lui-même le prix des toiles qu’il venait d’acquérir, souvent à un prix défiant toute concurrence. Avant de les revendre à son client russe au prix fort, en appliquant des surfacturations pouvant, parfois, dépasser 80% du montant initial.

En d’autres termes, Dmitry Rybolovlev s’est fait rouler par son homme de confiance. En dix ans, Yves Bouvier aurait perçu près d’un milliard de francs suisses (855 000 millions d’euros). Autant de plus-values que l’homme d’affaires russe juge indues, et dont la révélation déclenche alors une avalanche de plaintes à l’encontre d’Yves Bouvier, à Monaco, Singapour, Paris et Genève. Attiré à Monaco par son client, Yves Bouvier est arrêté le 26 février 2015. Sur le Rocher, il passera 96 heures en garde à vue, niant les accusations portées contre lui, au nom de « l’amitié » qui le liait à son ancien client.

 

Vladimir Scherbakov, nouvelle victime d’Yves Bouvier ?

Ce sont l’arrestation d’Yves Bouvier et la médiatisation de l’affaire Rybolovlev qui mettent, semble-t-il, la puce à l’oreille d’un autre amateur d’art russe, qui décide également de le poursuivre selon Les Echos. Vladimir Scherbakov a, comme son infortuné compatriote, lui aussi rassemblé sa collection à Genève, sur les conseils de l’intermédiaire suisse. Et, comme son compatriote, il accuse son fournisseur de tableaux de lui avoir caché son véritable rôle et ses pratiques douteuses, afin de s’enrichir à son détriment.

Conscient que son nom fait désormais fuir les collectionneurs, ainsi que du danger représenté par le fait que ses deux principaux clients, russes, pourraient se rencontrer et découvrir le pot aux roses, Yves Bouvier engage un second intermédiaire pour conseiller Vladimir Scherbakov, un certain Thierry Hobaica.

 

Lire aussi: Poète, voici tes papiers !

 

Yves Bouvier impliqué dans l’affaire « Punica »

Exilé à Singapour depuis plusieurs années, Yves Bouvier a, récemment, été aperçu à de nombreuses reprises dans son pays de naissance. Et pour cause : plusieurs enquêtes sont désormais initiées à son encontre par la justice genevoise. Au-delà des affaires concernant ses anciens clients russes, le marchand d’art est soupçonné de blanchiment d’argent et de fraude fiscale à grande échelle. A la demande de la justice espagnole, les locaux de Natural Le Coultre ont ainsi été perquisitionnés en avril 2015.

Il s’agit cette fois d’une affaire de corruption politique – l’affaire « Punica ». RTS info rapporte que les agents espagnols recherchaient les œuvres qui auraient servi à blanchir de l’argent : une vente fictive de tableaux, photographies et sculptures ayant servi à rapatrier de l’argent en Espagne. Au cœur de cette affaire, un entrepreneur immobilier, proche de Francisco Granados, ancien secrétaire général du Parti populaire madrilène, soupçonné d’être le cerveau d’un vaste réseau de corruption. L’entrepreneur aurait supervisé la vente d’une trentaine d’oeuvres entre des entreprises espagnoles et une société offshore à Singapour, toutes étant, en réalité, sous son contrôle. Une transaction qui lui aurait permis de rapatrier quelque 4,2 millions d’euros en Espagne.

Et où ont été entreposées ces œuvres d’art ? Dans les coffres genevois de Natural Le Coultre, à en croire RTS Info, la société se retranchant derrière le silence que lui imposerait la justice, tout en affirmant que « tous les biens entreposés sont rigoureusement inventoriés. Lors d’une enquête pénale, nous pouvons très rapidement aider les autorités judiciaires à les identifier ». En attendant, l’affaire Punica suit son cours en Espagne. La Suisse, de son côté, refuse selon El Pais de rendre aux autorités espagnoles les œuvres entreposées dans les ports francs à Genève, du moins jusqu’à l’issue de la procédure en Espagne.

 

De sérieux soupçons de fraude fiscale

Les ennuis ne s’arrêtent pas là pour Yves Bouvier. Depuis mars 2017, le vendeur d’art est sous le coup d’une « enquête spéciale » des services fiscaux suisses, qui le soupçonnent de « graves infractions fiscales ». Une enquête spéciale qui permet notamment à l’Administration fédérale des contributions (AFC) de procéder à des perquisitions et de prononcer des séquestres. Selon l’AFC, Yves Bouvier aurait encaissé de confortables dividendes de la part de sociétés qui lui sont liées, l’une à Hong Kong, l’autre dans les Iles Vierges britanniques. Autant de revenus que notre homme aurait « oublié » de déclarer au fisc helvète. L’administration suisse affirme également qu’Yves Bouvier, qui réside officiellement à Singapour depuis 2009, habiterai en réalité en Suisse. Un montage qui lui aurait permis de se soustraire à l’impôt pendant dix ans, de 2005 à 2015, et qui aurait coûté aux caisses de l’Etat la somme de 80,9 millions de francs suisses. Les deux sociétés-écrans visées auraient également généré des bénéfices imposables en Suisse, évidemment non déclarés, et dont le montant est estimé à 84,2 millions de francs suisses – hors intérêts et pénalités de retard.

Mises bout à bout, les sommes qu’Yves Bouvier doit au fisc suisse s’élèvent à plus de 165 millions de francs suisses, selon La Tribune de Genève. Un montant gigantesque pour un seul contribuable, sachant que l’ensemble des enquêtes menées par l’AFC en 2017 n’ont permis de récupérer « que » 41 millions d’impôts. Depuis le début de ces révélations, les plaintes ne cessent de tomber autour du sulfureux intermédiaire – à défaut des têtes. Pour longtemps encore ? Affaire à suivre.

.

abazio@lincorrect.org

Pin It on Pinterest

Share This