Skip to content

Georges Guiscard : « Le wokisme est un millénarisme révolutionnaire »

Georges Guiscard publie Le Privilège Blanc. Qui veut faire la peau aux Européens ? (La Nouvelle Librairie), ouvrage dense qui fait la lumière sur les implications de l’idéologie « woke ». Entretien.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© DR

Vous vous attaquez à l'idéologie « woke » et à ses saints. Croyez-vous qu'il s'agisse d'une menace sérieuse pour la civilisation occidentale ?

La menace est existentielle. Toutes les facettes de notre civilisation sont ciblées : mœurs, histoire, arts, science, loisirs, etc. Même la gastronomie ! Fin juin, Mathilde Cohen, chercheuse au CNRS, expliquait très sérieusement lors d’un séminaire organisé par Sciences Po que la gastronomie française était une expression de la « blanchité alimentaire ».

Le wokisme, et tout particulièrement la théorie du privilège blanc qui est au cœur de cette mentalité, est une vision du monde totalisante. Tout s’explique par le racisme, tout en est pénétré : le privilège blanc est consubstantiel à la civilisation occidentale, définie comme le monde blanc dans son ensemble, sans distinguer le tourneur-fraiseur auvergnat du fermier boer d’Afrique du Sud ou du tradeur euro-américain. Tout est racisme, donc tout est à déconstruire, c’est-à-dire à détruire.

Lire aussi : Coupable d’être blanc ?

De la même manière que la lutte contre la bourgeoisie devait permettre l’avènement d’une société égalitaire sans classes, la lutte contre l’hétéro-blantriarcat est supposée permettre le retour à une société pacifiée, idéale, sans racisme ni discrimination. Mais aussi sans misogynie ni pauvreté ; au jardin d’Éden en somme. En ce sens, le wokisme est un millénarisme révolutionnaire, comme le fut le communisme. C’est le nouvel avatar de la gauche radicale. Une vision politico-religieuse aussi fanatique ne souffrira aucun compromis.

Le wokisme est-il le nom de code de la haine de l'homme blanc, assimilé à un mal ontologique de l'humanité ?

Tout se cristallise autour de la haine de l’homme blanc. Au-delà du péril pour notre civilisation, c’est bien une menace directe pour les Européens eux-mêmes. Nous sommes jugés coupables d’avoir inventé le racisme, la hiérarchisation des races, via l’esclavage en Amérique et la colonisation en Europe, puis d’avoir érigé la civilisation occidentale sur cette base. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest