Skip to content

Gérard Puvis, l’énigme humaine en fresque

Attentif à l'homme et à sa nature, Gérard Purvis aime à le peindre perdu dans des endroits qu'il a construits mais qu'il ne comprend pas. De son coup de pinceau fin qui joue sur les matières, il témoigne d'un certain vide existentiel.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Mon banquier est un voleur de Gérard Puvis

Gérard Puvis ne cesse d’observer. Pour lui, la ville est un théâtre. Il y a toujours quelque chose d’incongru, de pas vraiment à sa place, dans ce décor censé lui donner une fonction : c’est l’homme. La nature de l’homme, voilà l’obsession du peintre, voilà ce qu’il veut sonder. Ainsi le personnage apparaît-il comme un détail plaqué sur des murs où le peintre convoque aussi bien la tapisserie de Bayeux que Picasso ou Goya, voire des graffitis enfantins ou des tags. Voilà sa façon de résumer l’homme, sa façon, aussi, d’hériter et de peindre dans les traces des autres. […]

Lire aussi : Rue des Beaux-Arts : Galbiati sculpte les saints

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest