« J’ai frôlé la mort, la GPA ne vaut pas ce risque »

@DR

Kelly Martinez, mère porteuse à trois reprises aux États-Unis, est au cœur du documentaire #BigFertility que relaie la Manif Pour Tous. De quoi faire changer d’avis ceux qui croiraient encore à une GPA « éthique » et encadrée.

 

Pour les ténors de nouveaux « chemins de paternité », comme Marc-Olivier Fogiel, les États-Unis sont le royaume de la GPA légale, saine, et encadrée, bien loin des images des gestations pour autrui en batterie qui existent en Inde, en Thaïlande, etc. C’est là que réside la force du documentaire #BigFertility que lance en France la Manif pour Tous : tout se déroule aux États-Unis, et ce n’est pas mieux.

« La GPA cible les gens qui se battent financièrement »

 

Sous les feux, Kelly Martinez. Cette Californienne, mère de trois enfants a réalisé trois gestations pour autrui, dont une dite « altruiste ». Kelly est aux États-Unis ce que les gilets jaunes sont à la France : trop souvent oubliée, elle prend la parole, pour raconter les misères économiques qui l’ont poussée aux misères humaines de la GPA. Avec son mari Jay, ils n’arrivaient plus à joindre les deux bouts, alors « gagner 25.000 dollars pendant 9 mois » lui paraissait une aubaine inouïe.

« Cet argent aurait été très avantageux, et c’était tout ce que je devais faire : prendre soin de ma famille », témoigne-t-elle. D’autant que l’agence contactée la première fois lui présente toute la manœuvre en la mettant au cœur du processus, sans qu’elle se rende compte des risques qu’elle prend. Et plus la mère porteuse est prompte à signer, plus elle est rémunérée. « S’il n’y avait pas été question d’argent dans la GPA, nous ne l’aurions probablement jamais fait » reconnaît Jay.

 

Une femme à la merci du couple d’intention

 

La réalité fait de la mère un relais parmi d’autres, au sein d’un contrat très précis. La réalisatrice du documentaire, Jennifer Lahl, a étudié un grand nombre de ces contrats : « en pratique, les mères porteuses sont esclaves pendant neuf mois : tout ce qu’elles mangent, leur sommeil, leurs voyages, leurs relations sexuelles, tout est contrôlé. » La mère porteuse renonce à tout secret médical. « Les avocats ont pour clients les commanditaires, non les mères porteuses. Si une mère porteuse veut arrêter, elle doit rembourser tous les frais » énonce Jennifer Lahl. Pour Adeline Le Gouvello, avocate, c’est même la raison pour laquelle « la GPA est la plus faite aux USA : c’est là que le contrat a le plus de poids. »

 

Lire aussi : L’esclavagiste Fogiel devrait être en prison !

 

La mère porteuse devient à la merci de tous les desiderata des parents d’intention. Pour sa première GPA, pour un couple d’hommes français, Kelly a connu les pressions, les intrigues juridiques menées par l’agence grassement payée pour faire accepter les enfants nés de GPA à un moment où la France ne les admettait pas. Jay raconte ce que l’agence l’a contraint à faire avec sa femme : « mentir, falsifier des informations, Kelly devait être sur le certificat de naissance » pour en être finalement retirée après le mariage pour tous en France. Eux n’avaient qu’à obéir.

Les avocats ont pour clients les commanditaires, non les mères porteuses.

Chassez la nature, elle revient au galop

 

La troisième gestation pour autrui de Kelly Martinez est réalisée au profit d’un couple espagnol, toujours pour raisons financières. Sur commande du couple, deux embryons sont implantés, un garçon et une fille. La nature reprend ses droits : l’embryon fille est expulsé, et la cellule de garçon se divise en deux jumeaux, provoquant la colère des parents d’intention, qui retombe sur Kelly. « Nous faisions ce pour quoi nous étions loués [sic]. Le couple n’était pas content : ils avaient payé 5.000 $ supplémentaires pour avoir un embryon de fille qui n’avait pas pris. » La grossesse se complique : Kelly est hospitalisée pour pré-éclampsie (due à une tension trop haute), et commence un AVC avant que l’on ne provoque son accouchement. Les deux garçons naissent avec dix semaines d’avance, le couple espagnol disparaîtra avec eux, sans payer les dernières factures, laissant les Martinez endettés.

 

Lire aussi : Guillaume Drago : « Ces enfants, un jour, demanderont des comptes à la société »

 

Kelly mettra du temps à se remettre physiquement et psychologiquement. C’était déjà le cas après sa première GPA, aussi était-elle suivie par un psychologue qui n’a pas trouvé mieux que de lui proposer une GPA éthique. « J’avais  beaucoup de crises de paniques, je n’arrêtais pas de penser aux garçons. Je n’ai toujours pas cessé. Je m’y suis attachée, cela m’a détruite. » D’où son désir de témoigner. Les médicaments hormonaux, les grossesses, les accouchements, ne l’ont pas laissée indemne. « Le corps féminin n’a jamais été conçu pour porter les bébés d’autres personnes » explique Jennifer Lalh.

Pour cette militante américaine du Center for Bioethics and Culture, le combat est urgent : « Aux États-Unis, il n’y pas de débat politique sur le sujet, à la différence de la France. » Mais le contexte dans lequel ce documentaire paraît montre que les choses sont loin d’être évidentes en France. Pourtant, pour Ludovine de la Rochère, présidente de la Manif pour Tous qui relaie et a traduit ce documentaire pour la France, les choses ne sont pas si simples. « Depuis le début du mandat de Macron, la GPA est sur la scène, alors même que l’on ne parle pas de la légaliser ».

.

mdonoy@lincorrect.org

Pin It on Pinterest

Share This