Skip to content

Jamel Gorchene : un immigré qui nous voulait du bien

Stéphanie Monfermé a été assassinée parce que la France est une passoire, parce que l’État français est laxiste. Il faut le répéter, le marteler, l’affirmer à chaque attentat répondant au même scénario : ces morts auraient pu être évitées. Elles sont de la responsabilité directe du pouvoir politique et des entrepreneurs de la victimisation.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© DR

C’était il y a quatre mois : la préfecture des Yvelines attribuait une carte de séjour à Jamel Gorchene. Les fonctionnaires de la préfecture de ce département francilien, déjà deux fois ciblé par des terroristes islamistes, à Magnanville et plus récemment à Conflans-Sainte-Honorine, ont donc estimé que monsieur Gorchene ne représentait nullement une « menace à l’ordre public ». Jamel Gorchene était-il alors récompensé pour être entré clandestinement sur le sol français en 2009, puis avoir séjourné chez nous dix ans dans l’illégalité la plus totale ? On se demande bien quel pays dans le monde est aussi généreux que le nôtre. Comment, en effet, accepter qu’on viole à ce point nos lois sans que quiconque ne feigne même s’en émouvoir ?

Entrer illégalement en France ne doit pas avoir d’autre issue que l’expulsion et l’interdiction de séjour, quelles qu’aient pu être les raisons de la venue du clandestin en France

Alors que nous vivons au quotidien la stratégie des « mille entailles » prônée par l’internationale djihadiste, consistant à multiplier les attentats individuels au couteau destinés à saper le moral des populations et à nous laisser en permanence sur le qui-vive, dans l’incapacité la plus absolue à déterminer où frappera le prochain fou d’Allah, le pouvoir politique semble ne pas vouloir prendre les décisions stratégiques qui s’imposent à lui. Quelles sont-elles ? D’abord, une révision complète des politiques d’immigration. Pas de demi-mesure en la matière. Il faut être radicaux : le danger est trop grand. Un clandestin a vocation à être expulsé immédiatement, éventuellement au terme de l’exécution d’une peine de prison s’il a commis un crime ou un délit qui l’y a conduit.

Entrer illégalement en France ne doit pas avoir d’autre issue que l’expulsion et l’interdiction de séjour, quelles qu’aient pu être les raisons de la venue du clandestin en France. À plus forte raison, c’est le bon sens même, quand ce clandestin est manifestement islamiste ou simplement soupçonné de sympathie pour cette idéologie politico-religieuse. Jamel Gorchene était dans ce cas, contrairement à ce qui a été annoncé dans un premier temps par les médias. Son profil Facebook, ouvert au public, en témoigne. Le procureur antiterroriste Jean-François Ricard l’a confirmé, estimant que l’immigré qui nous voulait bien montrait sur ses réseaux sociaux personnes « une adhésion à une idéologie légitimant la violence contre ceux ayant offensé le prophète ».

Lire aussi : L’islam n’existe pas

Jamel Gorchene avait même justifié la décapitation de Samuel Paty quelques jours après l’horrible événement ! Personne ne sait utiliser Facebook à la préfecture des Yvelines ? Sommes-nous à ce point inconscients ? À son propos, est évoqué un « profil énigmatique », un « loup solitaire passé sous les radars ». Ridicule : son profil n’était pas du tout énigmatique, il était parfaitement banal. Il est le fruit de la rencontre entre une société ouverte et un homme imprégné de mysticisme hors d’âge. Ce qui est le plus inquiétant, c’est qu’ils sont des milliers comme lui à vivre en France, psychologiquement fragiles et entretenus dans la haine de notre civilisation, tant par les prêches d’imams radicaux que par un écosystème qui fait ventre de la victimisation de l’immigré, du « non blanc » subissant le racisme systémique et l’islamophobie pour reprendre le jargon actuel.

Jamel Gorchene était d’ailleurs un lecteur assidu de Mediapart, un fan de Yassine Bellatar et un soutien des combattants « contre l’islamophobie » qui ont défilé dans les rues de Paris il y a un peu plus d’un an. Si ce qu’on nous dit à propos de Jamel Gorchene est bien vrai, cela signifierait que tous les dépressifs présentant des accointances avec ces idéologies, issus d’une culture musulmane, sont des bombes à retardement potentielles. Seules des mesures prophylactiques peuvent donc nous en protéger. C’est un peu la même histoire que pour la pandémie de coronavirus, quand nos dirigeants nous expliquaient que la fermeture des frontières serait sans effet… C’est pourtant, bien souvent, la solution la plus simple et la plus efficace.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest