Skip to content

Jérémie Cohen, le déni français

À Bobigny il y a près de deux mois, le jeune Jérémie Cohen a été agressé par une bande de racailles puis écrasé par un tramway alors qu'il tentait de s'enfuir. Relancée ces derniers jours par l'ardeur de sa famille, cette affaire signe l'échec complet de la police et des médias.

Partage

© DR

C’est l’histoire d’un drame passé inaperçu. Le 16 février dernier, peu avant 16 heures, Jérémie Cohen, un jeune homme handicapé de confession juive, était écrasé par un tramway à Bobigny (Seine-Saint-Denis). Peu de temps après, vers minuit, il décédait à l’hôpital où il avait été admis pour un arrêt cardio-respiratoire et un traumatisme crânien.

Lire aussi : Beauvau de la sécurité : Robocop nous délivrera-t-il demain ?

Ce que l’on croyait alors être un terrible accident, mais avant tout un fait divers, pourrait bien être d’une tout autre nature. En effet, souhaitant en savoir davantage sur les circonstances de la mort du jeune homme, et notamment les raisons pour lesquelles il courait au point de n’avoir pas vu venir le tramway, ses frères puis son père ont décidé de se mobiliser pour retrouver des témoins en distribuant des flyers. Et là stupéfaction : la famille récupère une vidéo prise par un témoin et très largement diffusée ces derniers jours sur les réseaux sociaux dans laquelle on voit Jérémie se faire rouer de coups en pleine rue par une quinzaine de racailles. Il aurait alors pris la fuite, et c’est là qu’il aurait été écrasé par le tramway.

Une affaire qui coche toutes les cases

Ce qui interpelle au premier abord dans cette affaire, c’est qu’il a fallu le juste acharnement de la famille pour recueillir les preuves et relancer l’enquête, classée par le procureur. Alors qu’Emmanuel Macron se disait il y a quelques jours opposé à la légitime-défense – qu’en dirait la victime et sa famille ? – il nous faut dans les faits plus que jamais y recourir (car le « far-west » est déjà là), et y recourir encore sur le terrain judiciaire après la mort de la victime pour que les choses bougent. Y a-t-il eu des défaillances de la police, et si oui à quel niveau ? Les images insoutenables recueillis par la famille témoignent en tout cas de l’inanité totale de la thèse accidentelle d’abord retenue. Une information judiciaire vient d’être ouverte pour « violence volontaire en réunion ayant entraîné la mort sans intention de la donner ». À la fin de semaine dernière, la police a par ailleurs récupéré une autre vidéo de l’agression, tournée par un touriste étranger depuis rentré dans son pays. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest