Peut-on toujours aimer le foot ?

 

Toujours plus d’argent, toujours plus de pain, toujours plus de jeux, sommes-nous passés à l’ère du post-foot?

 

Un terrain vague, un ballon à moitié crevé, trois voisins et quatre pulls pour faire des cages imaginaires. Roulette, double contact, petit pont : humiliation. Il n’en faut pas plus pour attraper le virus du jeu universel, roi des sports de Buenos Aires à Liverpool, en passant par Lens et Bamako. Si simple et facile d’accès, le foot est pourtant bien plus qu’un sport, bien plus qu’un spectacle dont les droits de diffusion se négocient désormais en milliards d’euros. Les enjeux de la « balle au pied », comme aiment à l’appeler les animateurs de Radio Courtoisie, sont mondiaux, sociaux, culturels, économiques, politiques ou bien encore géopolitiques.

Un sentiment croissant de dépossession naît chez les supporteurs historiques, s’accompagnant de l’exaltation nostalgique d’un passé pas si lointain où les joueurs français s’appelaient Papin, Cantona, Platini, Amoros ou Ginola. De simples mortels auxquels vous et moi pouvions nous identifier, y compris quand ils étaient des vedettes aux excès bien connus. George Best ou Diego Maradona restaient des êtres humains, dont les corps ne semblaient pas trempés dans l’acier, contrairement à un Cristiano Ronaldo, surhomme capable de marquer plus d’un but par match sur plusieurs saisons complètes, quasiment jamais blessé, impeccablement coiffé, toujours accompagné par des femmes superbes. Une machine de guerre publicitaire en mondovision.

 

A lire aussi : Daniel Riolo « Je ne rêve plus foot »

 

L’année 2017 aura été symptomatique de cette évolution si décriée, le Paris Saint-Germain levant notamment la clause libératoire du brésilien Neymar avant de rapatrier le bondynois Kylian M’Bappé de Monaco, après d’intenses semaines de négociations. Des opérations forcément gagnantes, ré- jouissantes pour les spectateurs, la ligue de football professionnelle, les médias et surtout l’équipementier Nike ou le petit émirat qatari, pour qui le football est une vitrine et un moyen d’exister sur la scène internationale.

 

Arsenal sans un joueur anglais

 

Peut-on sincèrement aimer ces clubs modernes, armadas constituées de joueurs venus du monde entier, achetés à prix d’or par des magnats ou même des États ? Doit-on aussi tolérer que la FIFA soit plus corrompue que la mafia mexicaine ? Depuis l’arrêt Bosman, jurisprudence qui s’applique bien au-delà de l’Union européenne, bénéficiant aux ressortissants des pays signataires des accords de Cotonou, les clubs européens ne sont plus véritablement enracinés dans leurs pays respectifs, moins encore dans leurs régions et leurs villes. Un phénomène que les instances internationales du foot ont observé sans réagir. Lors d’un match disputé contre Crystal Palace en 2015, Arsène Wenger a ainsi aligné une équipe d’Arsenal sans un seul joueur anglais, y compris sur le banc. Est-ce à dire qu’Arsenal correspond au Londres de Sadiq Kahn, débarrassé des cockneys et s’éloignant progressivement de l’Angleterre populaire ?

 

« Le football est populaire parce que la stupidité est populaire »

 

Oui, les grandes vedettes du ballon rond ont autant de charisme que des navets à l’eau. Oui, ils ont les cheveux teints en blonds et écoutent du mauvais rap dans les vestiaires. Pourtant, vos enfants voudront toujours reproduire leurs exploits à la récréation, quitte à vous humilier en portant tous les weekends un maillot floqué au nom de Neymar Junior coûtant un vingtième du salaire mensuel moyen. Il est impossible de lutter contre le plus individualiste des sports collectifs, le seul à magnifier le geste du pied, sublime d’incertitude et de moments de grâce. Alors, vous continuerez à admirer le spectacle, à communier au stade lors de ses messes profanes, ultimes bastions d’une saine convivialité populaire disparue presque partout ailleurs. Un sentiment de culpabilité dans un coin de la tête, vous méditerez la phrase de José Luis Borges, l’unique Argentin à ne pas avoir vibré une seule fois devant un Boca/River: « Le football est populaire parce que la stupidité est populaire »

.

grobin@lincorrect.org

Publier votre commentaire

Pin It on Pinterest

Share This