La gauche défile contre le blasphème envers l’islam

@Romée de Saint Ceran pour L'Incorrect

« Ah mais moi le dimanche, je joue au foot », a peu ou prou déclaré François Ruffin pour s’excuser d’avoir signé l’appel à défiler « contre l’islamophobie » du 10 novembre à Paris. Le député aurait approuvé à l’insu de son plein gré la tribune publiée dans Libération le 1er novembre, dont les cosignataires étaient notamment Philippe Martinez (CGT), Benoît Hamon (Générations) ou bien encore Jean-Luc Mélenchon. Encore me suis-je borné ici à ne citer que les hommes politiques et syndicalistes identifiés à la gauche de la gauche, oubliant volontairement les profils les plus sulfureux et les plus inattendus.

 

 

Lire aussi : Saison intermédiaire

 

Car, parmi les deux cent premiers signataires ayant voulu dire « stop » aux discriminations que subiraient les musulmans vivant en France, figuraient aussi Marwann Muhammad (CCIF), Edwy Plenel (Mediapart, activiste médiatique de la gauche radicale), Rokhaya Diallo (miss pansements), Eric Fassin (socialistologue et chiromancien), Laurence De Cock (historienne « engagée »), Assa Traoré (collectif Adama), Jérôme Rodrigues (Gilet Jaune) et bien sûr le tristement célèbre Yassine Bellatar (saltimbanque agressif et hystérique).

 

Une vraie révolution donc pour Jean-Luc Mélenchon, autrefois le tenant d’un laïcisme dur et de l’anticléricalisme historique de la gauche. Pourquoi une telle évolution ? Par opportunisme électoral, cela va de soi. Ces idiots utiles de l’implantation de l’islam dans la sphère publique française savent bien que leurs actions ne leur seront pas inutiles. Mieux, elles leur permettront probablement de limiter la casse. Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon vivent un effondrement électoral et ne peuvent miser que sur le vote ethnique et communautaire pour survivre. Dont acte.

 

 

Pourquoi une telle évolution ? Par opportunisme électoral, cela va de soi. Ces idiots utiles de l’implantation de l’islam dans la sphère publique française savent bien que leurs actions ne leur seront pas inutiles. Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon vivent un effondrement électoral et ne peuvent miser que sur le vote ethnique et communautaire pour survivre. Dont acte.

 

La fitna insoumise ne date d’ailleurs pas d’aujourd’hui, les premières divisions étant nées dès après l’élection présidentielle de 2017. On ne compte plus les départs de cadres dans un parti qui a fait le choix du multikulti tendance indigènes de l’immigration, au détriment de son populo-patriotisme de façade qui lui avait permis de recueillir 19 % des suffrages il y a deux ans. Depuis, La France Insoumise ne cesse de s’enfoncer. Amusant aussi de noter que la doxa dite « antiraciste » aura pu pousser Yannick Jadot et François Ruffin à signer de manière pavlovienne un texte qu’ils ne partageaient pas…

Preuve d’un comportement atavique propre à la gauche, où le manichéisme pousse à l’absence totale de réflexion. Mais soit, passons, ils ont eu le réflexe de se désolidariser face au shitstorm grandissant. Jadot le sait, la position de EELV à gauche est potentiellement centrale et il n’est pas le moment pour lui de jouer au chevalier blanc. N’en doutons toutefois pas, les pastèques vertes à l’extérieur et rouge à l’intérieur sauront bien jouer la carte communautaire dans la discrétion lors des élections municipales. S’agit-il ici de ne pas trop effrayer le bobo en s’affichant avec des barbus par trop virulents.

 

 

Lire aussi : Henda Ayari : « Le voile est un marqueur de la propagation islamique »

 

Nos champions de la théorie des genres, du féminisme, des gay prides et des voyous qui s’opposent aux forces de l’ordre à Mantes-la-Jolie ou à Chanteloup-les-Vignes, défilent donc fièrement avec l’imam Abou Anas Nader ou avec Chakil Omarjee. Autant d’individus qui, s’ils vivaient en Arabie Saoudite, cautionneraient peut-être les mains coupées aux voleurs ou la lapidation des femmes adultères. Comment faire plus schizophrénique ? On le constate : leur seul point commun est de défier la France historique.

Laquelle serait « hostile » aux cultures importées par l’immigration. Non, elle est hostile à ce qui, dans ces cultures importées, contrevient au bien commun et à l’harmonie sociale de notre civilisation. Ils manifestent pour l’instauration du délit de blasphème, car c’est bien ce qu’induit l’idée même d’islamophobie. Ils manifestent contre les « lois liberticides » qui prohibent simplement de sortir avec des voiles islamiques entièrement couvrants qui empêchent l’identification et sont des étendards d’une contre-colonisation fantasmée (ces voiles ne sont pas maghrébins mais originaires d’Asie centrale). Ils se trompent et nous trompent. Résistons.

 

Gabriel Robin

.

grobin@lincorrect.org

Pin It on Pinterest

Share This