Skip to content

Le Démon de la chair : notre critique

Dans Le Démon de la chair, le réalisateur d’origine austro-hongroise Edgar G. Ulmer relate l’ascension sociale d’une femme fatale et psychotique dans le Maine du XIXe siècle. Mélodrame pastoral.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Bel objet que ce Strange Woman réalisé en 1946 sur l’impulsion de la star Heidi Lamarr, considérée à l’époque comme la plus belle femme du monde. Dans ce récit hybride se côtoient le film noir et le pur mélodrame. Située au XIXe siècle dans le Maine, État reculé et ultra-rural, The Strange Woman relate l’ascension sociale d’une femme fatale et psychotique. Sur un canevas classique, le réalisateur d’origine austro-hongroise Edgar G. Ulmer, bon artisan formé par Murnau, tire une fable morale inspirée, pleine de flamboyance aux plans composés comme des miniatures pastorales.

Lire aussi : La Trilogie Taisho : notre critique[...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest