Skip to content

Révélations : Les ex-musulmans convertis en France ou l’enfer des persécutions

D'après une enquête menée par l'European Centre for Law and Justice (ECLJ), entre 4 000 et 30 000 ex-musulmans sont convertis au christianisme en France. Parmi eux, beaucoup subissent des persécutions de la part de leur communauté musulmane d'origine. Ce mardi, l’organisation pour la protection des droits de l’homme publie un reportage, dans lequel nombre de témoignages rapportent les violences que subissent en France ces apostats de l’Islam. Révélations.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© DR

« Vendu », « Tu donnes ton cul à la France ». C’est ainsi que sont fréquemment interpellés les ex-musulmans vivant en France, ayant commis le crime de s’être convertis au christianisme. Mais l’insulte n’est rien à côté du sort qui leur est réservé : « Le jour où ils seront amenés à être au courant, ce sera surement la fin de cette belle petite vie, en tout cas ce ne sera pas que des mots, ça sera plus que ça » nous raconte Maria, ex-musulmane. Si leur vie sont mises en péril suite à leur conversion au sein de leur propre pays, ces nouveaux baptisés sont également persécutés en France, souvent bien plus que l’on voudrait le croire. Le phénomène est tristement à la hausse depuis quelques années, et pour cause : l’islamisme qui augmente largement au sein des quartiers, ajouté à la radicalisation certaine des banlieues. La France, beau pays des libertés, ne rassure guère les anciens musulmans qui y vivent leur nouvelle Foi et doivent quotidiennement mener une double vie, dissimulant leur Foi afin d’éviter d’être eux aussi victimes de ces trop familières et habituelles persécutions.

Certains se sont vu passer à tabac simplement pour avoir possédé un objet religieux ou regardé de trop près une église

« Une personne qui choisit de changer de Foi est persécutée ou violentée (…) c’est hyper dangereux, c’est pour ça que pour la plupart, on vit tous dans le secret et qu’on mène littéralement une double vie ». Si ces ex-musulmans vivent ainsi dans l’obscurité, c’est qu’ils ne sont pas libres de quitter l’Islam. La plupart de ces apostats mènent une double vie, pratiquant leur religion dans le secret au prix d’une mort sociale certaine, inévitable. Pour la plupart, leur présence dans une église ne peux pas être envisagée. Malgré leur Foi, ils ne peuvent se risquer à franchir le seuil de ces édifices, ce qui pourrait les mener droit aux supplices. Comme au temps des persécutions chrétiennes de Rome, les convertis doivent dissimuler bibles, croix et tout autre bien qui pourraient les trahir aux yeux de la communauté musulmane. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest