[ ÉDITORIAL ] Les sanglots jaunes des gilets de l’automne

Crédit : L'incorrect

Le temps de Macron aura passé sans qu’on y prenne garde, le froid revient, déjà la nuit s’attarde. Et comme pour un Avent chrétien, les Français se sont allumés eux-mêmes, bougies fluorescentes dans le noir avant le solstice, pour se reconnaître dans les ténèbres avant que revienne le sol invictus, ils se sont habillés d’une drôle de lumière qu’on voit dans les phares, et aux carrefours de leur vie, dans ces ronds-points de grand chemin ils ont allumé des feux, comme pour se tenir chaud parce qu’ils sentent que l’hiver vient, peut-être le long hiver de la France.

 

Le long hiver des déclassés qui résonne lugubrement dans l’ancien pays du roi-soleil, dans feu le phare des nations. Il y a grande pitié dans la République de France, et les loups sont entrés dans Paris. Mais des hommes-loups débusqués de leurs provinces de l’oubli, qui entendent bien faire rendre gorge au gras mâtin qui les gouverne.

 

Lire aussi : L’éditorial de Jacques de Guillebon : cet obscur désir de l’Etat

 

Le peuple-loup est de sortie, dans son long cortège de petits bourgeois craintifs, de populace, de peuple avide et aviné, d’artisans dignes, de malins, d’honorables commerçants et de racaille, de mères courage, de déshérités de combatifs de teigneux de jamais-rien-lâcheurs de profiteurs de hères de tranche-bourse d’asociaux de cloches et d’ingénieux travailleurs, de talentueux organisateurs et de suivistes, de pourquoi pas et de malgré-moi toute une cohorte de franco-gaulois à qui on ne la fait pas et qui parfois, rarement mais quand même, a envie d’en découdre.

Une équipée d’hommes libres, une échappée belle de la France qui soudain en novembre en décembre a envie de se payer des vacances, des longues vacances de campings-grillades-pastoche près de chez soi et pourquoi pas chez le voisin, la France buissonnière, la France qui ferait la ronde autour du monde si tous les ronds-points du monde voulaient se donner la main ; la France routière qui se bloquerait elle-même comme dans une grande farce faite au cruel destin. France des colères occasion des accolades et des retrouvailles.

 

 

France qui communie comme toujours dans la haine de sa tête, qu’elle a déjà fait tomber, elle s’y connaît. France qui en a marre, France bougonne qui n’a pas une solution à proposer mais mille à inventer, c’est bien simple, là sur le champ et que ça saute, France qui veut son dû mais qui ne lâchera pas son bien ni son pain pour tout l’or du monde. Pays du vin délicieux qui parfois tourne vinaigre. Pays qui fait mille mots mais qui ne sait jamais chanter, alors ça bastonne et ça cogne pour se libérer, et ça insulte les gens dans sa télé. France de Chanel qui a sorti son habit le plus vilain, laid et obligé comme le collège de la sous-préfecture de la République, et c’était comme montrer son cul à Macron et au monde entier.

 

Il y a grande pitié dans la République de France, et les loups sont entrés dans Paris.

 

France du samedi matin et du samedi après-midi et du samedi soir, France d’un immense sanglot d’agonisant, sanglot de damné, sanglot de bête traquée blessée qui ne veut pas mourir, France éplorée éconduite qui voudrait tant qu’on l’aime à nouveau et qui vient danser la guignolée dans ses habits de catin m’as-tu-vue. Novembre qui fut sans nuage et décembre poignardé. Elle aura gagné ses quelques centimes et fait savoir qu’elle existait. Son prince aura reculé devant sa furie sans se déclarer. Pas sûr que l’une ni l’autre y ait gagné. Il ne faut pas céder sur son désir, mais encore faut-il savoir ce qu’il était.

Rédacteur en chef

jdeguillebon@lincorrect.org

Pin It on Pinterest

Share This