Skip to content

Les traces du surréalisme dans le chaos du monde

Fils du célèbre peintre mayo, dont l’une des toiles tient une place centrale dans l’exposition « surrealism beyond borders » qui commence à la tate gallery à la fin du mois, l’essayiste et éditeur jean-gilles malliarakis refait un point sur le surréalisme et sa géo-politique.

Partage

© Capture d'écran Youtube

Deux séries d'images ont inspiré leur titre à l'auteur de ces lignes. La première se situe à l'Élysée, au salon Pompadour. Le couple présidentiel, que le monde ne nous envie guère, y a apporté, en effet, sa propre touche personnalisée, d'un mauvais goût que le bon peuple a pu apprécier sur les photos. Elles ont été publiées, de-ci de-là dans la presse. On y découvre un certain nombre d'objets supposés décoratifs.

Or, ces importations tranchent sans pudeur avec l'esprit du lieu. Clou de l'intrusion restreinte : un tableau de Miro, sans doute pas le plus beau, en studieux hommage à la révolution surréaliste, dont cet annonciateur de l'abstrait reste une figure incontestable. Le royaume du « en même temps » prend ici ses aises dans le temple du régime républicain.

Lire aussi : La liberté scolaire en campagne

La deuxième ne relève sans doute pas de l'intrusion mais de l'élargissement. Elle se situe dans le cadre d'une exposition beaucoup plus large, et moins intime, de novembre à février au musée métropolitain de New York, transportée en ce mois de mars à la Tate Gallery de Londres. Le thème se réclamant d'un « Surréalisme sans frontières », le visiteur pouvait donc s'interroger, chacun trouvant légitimement sa propre réponse, sur la nature et sur l'ampleur d'un mouvement qui influença, à sa manière, tout le défunt XXe siècle. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest