Loiseau de malheur pour Emmanuel Macron ?

© DR

La principale faiblesse d’Emmanuel Macron s’est dévoilée après sa prise de fonction à l’Elysée : c’est un manager pitoyable. Il est étonnant de constater qu’Emmanuel Macron s’entoure de personnages faibles, incompétents ou si mauvais pour communiquer dans les médias. Son chef de parti, Stanislas Guérini, est bien gentil mais il n’a ni charisme ni vigueur. Quant à ses ministres, certains sont calamiteux et gênants. Rien ne pouvait pourtant nous préparer à la révélation Loiseau.

 

Sidérante, Nathalie Loiseau l’est. À chaque fois qu’elle intervient à la télévision, elle commet une bourde. Quand les caméras sont éteintes, elle se gaufre de la même manière. Face à François Xavier Bellamy, elle n’a rien trouvé de mieux à dire à ce dernier qu’elle était mère de famille nombreuse et pas lui. La belle affaire. Elle a aussi tenté de faire pleurer dans les chaumières en se comparant à une « romanichel » quand elle est arrivée à l’ENA, surjouant la petite fille pauvre, forcément surdouée, débarquée en milieu prétendument hostile. Sur la forme, la candidate est perturbante, son comportement clairement inadapté semblant le fruit d’une vie passée sous les ors de la République, comme si elle était une extraterrestre débarquant pour la toute première fois dans une étrange contrée : la France. 

 

© L’Incorrect

 

Dernière en date ? « On a l’impression que nous sommes en train de préparer l’Eurovision. Je vais vous faire un aveu : je ne suis pas Bilal Hassani, je ne suis pas faite pour des grands show à paillettes. Est-ce que c’est ça l’élection européenne ? Ne faut-il pas de la ténacité, du courage ? », a-t-elle déclaré, réclamant que les médias s’intéressent au « fond ». Parlons-en du fond : quelques mantras assénés comme autant de vérités révélées par le prophète Macron. Votez pour Nathalie Loiseau, elle est le progrès. Votez pour Nathalie Loiseau, elle pourfend les mauvaises âmes qui complotent contre cette merveille qu’est l’Union européenne, Steve Bannonovitch en tête. Votez pour Nathalie Loiseau, elle est le rempart contre le nationalisme, car le nationalisme c’est la guerre, c’est le mal.

Pour le reste, rien du tout : aucune mesure concrète, aucune réforme continentale réalisable. Le programme tient en un mot : la peur. La peur que l’Union européenne ne soit détruite. La peur que l’apocalypse économique frappe. La peur que l’Europe refuse d’accueillir des millions de migrants supplémentaires. La peur que Poutine soit le nouveau Tsar du continent. La peur que la Chine nous dépasse. Ce que ne comprend pas Nathalie Loiseau, c’est que ces peurs sont notre présent et qu’elle ne semble pas en mesure d’inverser la tendance, chérissant les causes qui ont produit les malheurs qu’elle entend éteindre.

 

Lire aussi : TRIBUNE : ICES, l’audace d’être à genoux

 

L’erreur du manager Macron est majeure. En souhaitant prendre tout le monde à contre-pied en désignant une tête de liste expérimentée, face à de jeunes candidats novices, il a eu le pire du nouveau et le pire de l’ancien monde. Peu politique, Loiseau n’est pas non plus exempte de cynisme. Elle a débarqué dans l’arène électorale avec ses gros sabots, plombant par sa seule présence une liste présidentielle qui n’en avait pas besoin. Confirmation est faite : Emmanuel Macron, tel un satrape, n’aime pas qu’on lui fasse l’ombre. Gare qu’il n’y laisse pas sa peau. Un bon général se reconnaît à ses officiers supérieurs…

 

Gabriel Robin

.

grobin@lincorrect.org

Pin It on Pinterest

Share This