Skip to content

Frédéric Le Moal : « L’OTAN et l’UE arriveront à survivre sans intégrer l’Ukraine »

Alors que cent mille soldats russes sont massés à la frontière ukrainienne, les tensions entre la Russie et l'Occident semblent encore une fois au plus haut. L'Ukraine est-elle une zone-tampon qui va faire couler du sang ? Entretien avec l'historien des relations internationales Frédéric le Moal.

Partage

© DR
Pouvez-vous nous expliquer en quelques mots la situation actuelle en Ukraine ? Il y a aujourd’hui une concentration de forces russes le long de la frontière avec l’Ukraine, accompagnée de manœuvres militaires. Traditionnellement, ce genre de situations s’apparente à une sorte de pression exercée sur l’état frontalier et qui peut être interprétée comme le prélude à une invasion. Les pays occidentaux, l’Ukraine au premier rang, considèrent ces manœuvres comme les prémisses éventuels d’une incursion, peut-être une invasion du territoire ukrainien par les troupes russes afin de prendre le contrôle des régions du Donbass, régions principalement peuplées de russophones regardant constamment vers Moscou là où les populations ukrainiennes se tournent vers l’Europe. [...]
La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest