Skip to content

Ludovine de la Rochère : « Macron a instauré le mensonge d’État pour la filiation, la procréation et l’identité des personnes »

À quelques jours de la fin de la campagne présidentielle, la présidente de La Manif pour tous Ludovine de la Rochère dénonce le bilan désastreux d'Emmanuel Macron en matière de politique familiale, et appelle les candidats de droite à repenser la question de manière globale pour faire face à la gauche déconstructiviste. Entretien.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Bloody Winston

Quel bilan tirez-vous de cinq années d’Emmanuel Macron sur la question de la famille ?

Sans surprise, ce bilan est désastreux. Emmanuel Macron a poursuivi la destruction de la procréation, de la filiation et donc de la famille, peut-être davantage que François Hollande. D’abord, il a tiré les suites que nous prévoyions du Mariage pour tous avec la PMA sans père. Il a créé dans le droit une filiation fictive fondée sur la déclaration conjointe anticipée de deux femmes devant un notaire qui justifierait qu’elles puissent être inscrites comme étant les deux mères sur l’acte de naissance. Il n’était prétendument pas d’accord mais a laissé passer le rallongement de la durée légale de l’IVG à quatorze semaines, alors même que le syndicat des gynécologues et obstétriciens y était opposé – et Dieu sait que ce ne sont pas des conservateurs !

On pouvait déjà changer de sexe et de prénom, on peut désormais, avec Macron, changer de nom sur simple formulaire. En clair, on peut changer entièrement d’identité, celle-ci est déconstruite au point que l’état-civil n’est plus fiable. En fait, il a instauré le mensonge d’État pour la filiation, la procréation et l’identité des personnes. Sur la question transsexuelle, il a fait avancer l’agenda LGBT. Dans le droit français, on a davantage de mention de l’« identité de genre ». Surtout, la loi contre les thérapies de conversion pénalise parents et professionnels de santé/éducation qui tenteraient de dissuader un jeune de changer de sexe. Certes, le texte a été tempéré, mais insuffisamment. En vérité, s’il devait y avoir une loi sur le sujet, ce serait une loi qui interdit l’incitation à changer de sexe.

Lire aussi : Ludovine de la Rochère : « Toutes les décisions devraient être prises en fonction de la famille »

Enfin, sur la GPA, quand bien même il ne l’avoue pas, il n’est pas défavorable à toute forme de GPA. En 2017 au Figaro, il disait que certains États pratiquent la GPA « de manière non-conforme à nos valeurs républicaines ». Dans son esprit, il peut donc y avoir une GPA acceptable du point de vue des valeurs républicaines. Il avance avec hypocrisie, de manière masquée. Ainsi, le président a toléré des démarches commerciales pro-GPA sur le territoire français. Surtout, il soutient et favorise des projets qui font avancer au niveau européen et international, la reconnaissance des filiations d’intention dans le cadre de la GPA, donc de fait la reconnaissance de la GPA. S’il est réélu, il est évident qu’il poursuivra son soutien au projet de reconnaissance mutuelle à Bruxelles, et le projet « Filiation/Maternité de substitution » à la conférence de La Haye. Ces projets sont des moyens de faire avancer la GPA aux niveaux européen et international, ce qui est encore pire ! [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest