Skip to content

Macron au Parlement Européen : à l’Est, rien de nouveau

Le chef de l’État a pris la parole au Parlement européen à Strasbourg afin de présenter son projet pour la présidence du Conseil de l’Union européenne, qui échoit à la France pour les six prochains mois.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© DR

Renforcer la coopération entre les États, promouvoir une Europe souveraine, développer l’écologie et avoir un dialogue « franc et exigeant » avec la Russie. Jusque-là, rien d’original. Oui, c’est un projet très banal. En même temps, qu’espériez-vous de sa part ? C’est Macron. La convenance de ce propos n’a d’égal que son côté pratique, qui donne au chef de l’État un moyen de s’exposer facilement dans les médias. Résumons : des paroles d’européiste un peu écologiste, mais pas trop, qui se plie aux desideratas anti-russes de l’OTAN.

Sur ce dernier point, le Président de la République a promu un « réarmement stratégique » mais a dans le même temps émis comme mantra « le rejet du recours à la force ». Alors que les tensions en Ukraine s’aggravent et que cent mille militaires russes sont à la frontière du Donbass, il sera intéressant de voir comment la désescalade sera gérée au niveau européen. Si désescalade il y a.

Sur l’immigration, on peut également noter quelques mots sur l’espace Schengen qu’il veut réformer de façon « respectueuse et efficace ». Pas grand-chose donc. En tout cas, rien de concret si ce n'est un développement des liens avec l'Afrique. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest