Skip to content

Notre responsabilité devant les générations futures est historique !

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Benjamin de Diesbach pour L'Incorrect

À trois jours de la grande manifestation prévue contre l’élargissement de la PMA aux femmes seules et aux couples de femmes, nous avons interrogé Ludovine de la Rochère, présidente de La Manif pour Tous, qui appelle à la mobilisation au sein du collectif Marchons Enfants !

 

Selon un sondage IFOP publié aujourd’hui, 51% des Français estiment que « compte tenu du climat social actuel, le gouvernement doit retirer ou suspendre le projet de loi bioéthique ». Dans le détail, 64% des jeunes se prononcent en faveur du retrait du projet de loi. Cela signifie-t-il que la jeunesse ne se reconnaît plus dans les dérives sociétales, contrairement à la génération précédente ?

 

Parmi les raisons possibles, il y a sans doute la préoccupation écologique, très présente chez les jeunes. En effet, utiliser la procréation artificielle pour des personnes qui sont fécondes, ouvrir l’autoconservation des gamètes pour faire des enfants au-delà de l’âge naturel de la procréation, créer une filiation invraisemblable… tout cela est contraire à l’état d’esprit écologique. Cela rejoint une évolution plus générale de la jeunesse qui se trouve de plus en plus critique vis-à-vis du tout technique et chimique. On le voit par exemple à propos de la pilule qui ne fait plus consensus chez les jeunes.

La société technicisée à l’extrême qu’on nous propose avec cet élargissement de la PMA ne fait pas rêver une jeunesse en quête d’idéal.

De plus, la société technicisée à l’extrême qu’on nous propose avec cet élargissement de la PMA ne fait pas rêver une jeunesse en quête d’idéal. C’est tout de même plus romantique de concevoir des enfants de manière amoureuse, intime, agréable et simple plutôt que technique, complexe, pénible, avec de nombreux intervenants – y compris l’Etat lui-même (système de santé, sécurité sociale…) et même coûteuse !

Enfin, je ne pense pas qu’on efface sciemment le père sans graves conséquences. Nos concitoyens, au premier rang desquels les jeunes, sont en demande de repères, de liens, de solidarité, ce qui est à l’opposé de la revendication individualiste de la PMA sans père. Celle-ci est une violence faite à l’enfant.

 

Vous faites débuter le parcours place de la Résistance, au pied du pont de l’Alma, en rive gauche de la Seine. La référence est-elle volontaire ?

 

Oui, nous avons voulu par-là montrer que nous nous inscrivons clairement dans une attitude de résistance puisque nous sommes dans un contexte où une bonne partie de ceux qui dirigent notre pays renonce à assumer l’évidence, à savoir qu’un père est un très important pour son enfant.

 

Lire aussi : PMA, une option au sein d’un vaste marché

 

Edouard Philippe, qui pour sa fonction de Premier ministre, a retourné sa veste sur ce sujet en est un exemple parmi beaucoup. Et il en est de même dans nombre de médias, dans le corps médical, etc. De fait, depuis des années, nous subissons beaucoup d’amalgames, d’insultes, d’intimidations, voire de violences, pour tenter de nous discréditer et nous faire taire. Nous ne faisons pourtant que rappeler des vérités élémentaires que beaucoup de personnes en privé soutiennent. Il y a donc une véritable chape de plomb à faire sauter pour que cesse ce terrorisme intellectuel qui empêche d’avoir un débat libre et serein. Cette idéologie entraînera beaucoup de souffrances par les mesures qu’elle vise à faire passer.

 

Le 4 février prochain, le Sénat discutera en séance publique du projet de loi bioéthique. Qu’attendez-vous de lui ?

 

J’aimerais que la haute assemblée joue son rôle d’opposition mais aussi de sages. Pour l’instant, le texte a été amendé par la commission spéciale du Sénat qui a amélioré quelques aspects mais empiré bien d’autres hélas.  Ce projet de loi doit être réécrit en profondeur. On verra, d’ailleurs, si Bruno Retailleau, connu pour ses convictions, est vraiment le patron de la droite au Sénat !

 

Lire aussi : La trahison des sénateurs LR

 

Je note aussi que le Sénat est majoritairement de droite. C’est le moment pour la droite de se démarquer de LREM et de montrer qu’il n’en est pas une pâle copie. À quelques mois des élections municipales, ce vote sera très suivi par les électeurs.

 

Le mandat d’Emmanuel Macron est pour l’instant marqué par une fracture sociale et territoriale qu’incarnent les Gilets jaunes. Pensez-vous que le vote de la loi bioéthique fragilisera plus encore les populations déclassées de la France périphérique ?

 

A priori, ce sont deux sujets distincts mais pas autant qu’on ne voudrait le croire. Car les Gilets jaunes manifestent souvent leurs préoccupations pour leurs parents, pour leurs enfants. Mais ils parlent aussi beaucoup de leur solitude, du manque de solidarité et de liens.

On verra, d’ailleurs, si Bruno Retailleau, connu pour ses convictions, est vraiment le patron de la droite au Sénat !

Or il est clair que la baisse considérable du nombre de mariages, l’explosion des séparations et celle des familles dans lesquelles un seul parent élève un ou plusieurs enfants participent de la précarisation et de la violence sociale. Une situation que décrivait déjà Evelyne Sullerot, avec beaucoup d’inquiétude, dans La crise de la famille paru en 2000 (Ed. Pluriel). Et je précise que cette sociologue était une militante féministe, rien de conservateur chez elle ! On ne mesure pas à quel point l’absence de père provoque des conséquences délétères sur l’éducation, la scolarisation et même la violence des enfants. Des magistrats, comme Dominique Marcilhacy, en témoignent régulièrement. Et l’on veut sciemment priver les enfants de père ? C’est irresponsable !

On sait très bien qu’il est très difficile de revenir en arrière une fois le vote passé, c’est donc maintenant qu’il faut agir !

J’appelle donc tous ceux qui refusent une telle évolution à se mobiliser le 19 janvier prochain ! On sait très bien qu’il est très difficile de revenir en arrière une fois le vote passé, c’est donc maintenant qu’il faut agir ! Notre responsabilité devant les générations futures est historique !

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest

Share This