Patrick Baudry : « L’espace nous fascine »

@DR

Patrick Baudry est devenu en 1985 le second astronaute français à aller dans l’espace. Avec passion, il défend aujourd’hui ce rêve spatial dont la France et l’Europe semblent s’être trop longtemps détournées.

 

Vous dressiez un bilan sévère de la filière spatiale européenne dans votre ouvrage, Conquête spatiale : la déroute, paru en 2003. Vous dénonciez l’orientation de la politique spatiale, mais aussi l’oubli de la dimension humaine.

Une quinzaine d’années après, les choses ne se sont pas modifiées. L’espace procède chez l’être humain d’un rêve, c’est l’univers dans lequel nous existons de manière brève, mais tout de même un peu, et dans lequel nous tentons de vivre. On peut citer les Grecs, bien sûr, et bien d’autres ! Ça nous fascine, en tout cas certains d’entre nous. On a cette capacité d’imagination, qui fait accéder au rêve, privilège de l’espèce humaine. Ce rêve est bien présent chez nous.

Comme beaucoup de Français je suis  fier de mes anciens, de la France, du CNES qui, à ses débuts, a fait accéder la France à l’espace.

Lorsque je me suis engagé dans les années 1970, je suis allé en Union soviétique avec Jean-Loup Chrétien, et par la suite j’ai été accusé médiatiquement d’espionnage, ce qui m’a posé des problèmes. Surtout avec les Français d’ailleurs…

Comme beaucoup de Français je suis  fier de mes anciens, de la France, du CNES qui, à ses débuts, a fait accéder la France à l’espace. Le « génie français », ce n’est pas un mot creux et je m’en suis rendu compte en voyageant dans beaucoup de pays ; mais nous unir n’est pas facile… On arrive pourtant à faire à 10 ce que d’autres font à 100, car les ingénieurs français ont la capacité à regarder à côté des modèles établis, et sont moins conformistes que les ingénieurs américains. Mais ces derniers savent travailler en équipe, allier les énergies !

 

En ce cas, pourquoi ce repli ? Au plan technique, la France semble toujours disposer d’atouts.

On a bénéficié de l’héritage de Concorde, de tout le savoir-faire technique, avec l’innovation de ses commandes électriques. C’est ce qui a permis à Airbus de faire le A320. Le programme avait été décidé à une époque où la France était dirigée par un homme avec une vision, De Gaulle. On a eu besoin à l’époque de ces visionnaires, ce qui a finalement permis de battre en Europe les Américains, du moins de les égaler. C’est un processus fondamental.

 

Lire aussi : Fukuyama avait raison

 

Je pensais que dans les années 70-80, la France ferait la même chose dans le spatial que dans l’aéronautique, en se libérant de la tutelle technologique américaine, non pas seulement pour l’utilisation de l’espace, ce qui est bien… mais moi je parle du rêve, de l’exploration. Et la partie humaine existe, elle est importante. Et j’espérais que l’Europe allait y participer, à cette aventure.

Je pensais que nous irions sur Mars et surtout que nous retournerions sur la Lune pour exploiter les ressources. Mais depuis 2002, période de rédaction de La déroute, la France est restée un nain. Le programme Hermès qui visait à créer un avion spatial européen assurant notre indépendance en matière de vol habité a été arrêté dès 1993.

Le vol de Thomas a, en partie, été une occasion manquée.

Depuis, on continue à payer des tickets pour des citoyens européens, comme Thomas Pesquet, qui est un très bon professionnel ; mais aujourd’hui on ne demande pas beaucoup d’originalité. Le vol de Thomas a, en partie, été une occasion manquée. On a utilisé des compétences extraordinaires pour réaliser un travail qui aurait pu être bien plus significatif, puisque ce sont les Américains qui ont fait l’essentiel… Pas seulement prendre des photos et raconter des histoires ! C’est triste de voir ce genre de comédie et d’habillage.

 

Vous semblez penser que la mentalité européenne est devenue problématique, que nous sommes en train de nous saborder tandis que les Américains réinventent la filière, font toujours preuve d’audace.

Regardez un homme comme Elon Musk ! Je le vénère, c’est un génie, et c’est un génie visionnaire. Il a réussi presque tout ce qu’il a entrepris, ce qui est admirable. C’est par des gens de cette dimension que l’on peut espérer que l’aventure se poursuive. Ils amènent une autre dimension à la manière d’envisager la conquête spatiale. Quand on voit l’évolution…

 

Lire aussi : Elon Musk contre le commissariat au plan ?

 

J’ai entendu des gens du CNES qui ont dit pis que pendre sur Elon Musk il y a 7 ans au Bourget, sans comprendre que le futur projet d’Ariane 6 était déjà mort. On accepte difficilement en Europe l’émergence de personnalités très fortes, qui remettent en cause notre mode de fonctionnement.

C’est difficile d’exister en Europe dans le monde aéronautique malgré Airbus, car il y a des machines énormes… Chez nous le réflexe du gros, c’est d’écraser ce qui émerge. Je ne fais pas du tout l’apologie des États-Unis, mais je l’avoue, j’admire une partie de leur culture. Quelqu’un comme Elon Musk n’aurait jamais pu s’exprimer ainsi en Europe.

On va arriver en 2020 et rien ne va se passer. On a laissé beaucoup trop de place et de pouvoir aux technocrates. Dans leur culture la prise de risque est quasiment absente, puisque leur carrière se fait en évitant les échecs, en accumulant les années de service. Alors qu’on a besoin d’échecs pour progresser. Nous avons des grosses structures, qui sont devenues des administrations.

 

Ne peut-on espérer une rupture ? La Russie célèbre cette année les 50 ans de la mort de Youri Gagarine. Un demi-siècle, c’est peu à l’échelle de l’histoire humaine. Que faudrait-il pour relancer l’exploration, voire la « conquête » spatiale ?

Lorsque les Chinois seront prêts à mettre le pied sur la Lune, les Américains seront immédiatement secoués. Au niveau mondial, la dynamique va reprendre. À partir du moment où l’on refuse sous la pression américaine d’envisager des relations normales avec la Russie on se met hors-jeu, comme on l’a déjà fait avec la Chine auparavant, même si ça avance un peu aujourd’hui…

À partir du moment où l’on refuse sous la pression américaine d’envisager des relations normales avec la Russie on se met hors-jeu.

La situation c’est que les États-Unis resteront notre tuteur. On est sur ce modèle au plan économique et on va l’être au niveau stratégique. Je suis plutôt pour une Europe fédérale qui inclut la Russie, mais pas pour cette Europe technocratique vassalisée. Je ne suis pas de très près Ariane 6, car le modèle date quand même de 1979, alors quand on voit Musk…

C’est la volonté, la curiosité, le goût du risque qui nous manquent. Il y a 20 ans je me sentais encore astronaute, car je pensais pouvoir encore m’impliquer, qu’on aille sur Mars, sur la Lune, mais aujourd’hui il y a des centaines d’astronautes, c’est un métier comme un autre, comme coiffeur, … On a plus du tout le même état d’esprit. C’est comme si Mermoz, la figure de l’Aéropostale, revenait aujourd’hui à Air France. Qu’aurait-il à dire aux employés actuels ? Ce serait complètement décalé.

Les gens passionnés, imaginatifs, n’ont aucun rôle. On les utilise pour la communication, on les envoie chez Drucker, mais c’est tout. Quelqu’un comme Gagarine était partie prenante de la conception des équipements, aujourd’hui on vous envoie comme passager, on vous envoie travailler là-haut. Aujourd’hui on demande au cosmonaute de se taire, pas de donner son avis.

 

En France, le monde politique et la majeure partie de l’opinion publique sont encore réservés à l’égard de la filière spatiale… Son intérêt semble souvent difficile à défendre.

J’avais un lien très fort avec Jacques Chirac, mais il m’a un peu baladé. J’ai été mis clairement à l’écart des institutions, mais j’ai pu m’exprimer et m’épanouir au sein d’Airbus où l’on a fait de grandes choses, même si au début des années 2000 avec l’arrivée de Forgeard, l’entreprise s’est normalisée. Je défendais plutôt un avion sur un modèle « aile volante », ce qui était plus intéressant technologiquement, et aurait permis de dépasser les Américains. Mais on a abandonné la culture d’ingénieurs des débuts, on s’est replié sur des solutions convenues, comme tout le monde. Pourtant c’est en innovant qu’on a dans le passé pu battre Boeing.

Quand on voit le nombre de ronds-points qui ne servent à rien dans notre pays et qui coûtent des milliards, les administrés les ont sous les yeux, et ils ne disent rien… Il y a une perception curieuse de l’économie et des dépenses. Il faut prendre le large, on a tendance à tuer le rêve des gens. Et jusqu’à présent le rêve spatial, c’est ce qui nous a fait avancer.

Il faut prendre le large, on a tendance à tuer le rêve des gens. Et jusqu’à présent le rêve spatial, c’est ce qui nous a fait avancer.

Je ne vois pas pourquoi on a pas encore posé le pied sur Mars, pour moi c’est absurde ! Avec l’argent que l’on a dépensé en vain dans l’ISS [150 milliards de dollars], on aurait déjà pu s’installer sur la Lune et mettre en place des installations.

Il y a un blocage médiatique, et les médias sont le reflet de la volonté dominante… Il y a une domestication des gens. Pourtant c’est quand on avance qu’il y a des retombées dans notre vie quotidienne, on ne peut pas attendre uniquement des effets immédiats. Il faut agir, et voir ensuite.

Pour prendre l’exemple du programme Apollo, c’est ce qui a permis aux Etats-Unis de rester la première puissance industrielle avec des centaines de milliards d’investissement. C’est ce qui a forcé les bureaux d’étude à travailler ensemble et à utiliser leurs résultats dans des domaines connexes. Concorde a été le programme le plus rentable pour la France. On a parlé d’échec, mais on n’a pas pris  en compte tous les effets indirects.

Je pense que depuis la fin des années 1990, on aurait dû utiliser l’orbite basse pour du tourisme. Peu importe que ce soit privé ou public. Ça n’a pas d’importance ! L’avenir de l’orbite basse c’est ça. Ça avancerait beaucoup plus vite sans l’ISS. Le public devient un frein à l’aventure spatiale, et la NASA s’en est d’ailleurs rendu compte. Pour un être humain avoir la possibilité de voir sa planète de l’extérieur, c’est génial. En revanche pour la conquête c’est fini depuis longtemps.

 

L’ingénieur Robert Zubrin défend un projet de colonisation de Mars, aujourd’hui poursuivi par SpaceX. Vos ouvrages évoquent cependant peu ce type de perspective.

Bien sûr, l’exploration, c’est conquérir des domaines nouveaux, pas tourner en rond au sens littéral et figuré ! Dans la navette on avait 1 risque sur 100 d’y passer, ça ne nous a jamais empêché ! Aujourd’hui on a cette religion du non-risque qui est insupportable. Dès qu’un alpiniste meurt c’est le scandale, alors qu’on ne doit avoir ni honte ni peur d’utiliser les compétences avec une prise de risque.

Aujourd’hui on a cette religion du non-risque qui est insupportable.

Pour Zubrin j’ai lu ses ouvrages, je l’ai rencontré. Mais je ne suis pas convaincu par la possibilité d’une colonisation, contrairement à lui. Je suis rustique, je suis pilote. Ce que j’aime c’est piloter et gérer, je ne suis pas un scientifique. Ce qui m’intéresse c’est d’y aller et d’affronter les risques. Quant à savoir si l’on pourra cultiver des champignons sur Mars, ce n’est pas mon problème.

Actuellement, je me passionne pour la moto, je sillonne l’Australie, les États-Unis, … C’est un engin simple, rustique, avec lequel il ne faut pas se tuer et gérer les situations difficiles. Mermoz n’en avait rien à faire que l’apprenti boucher puisse aller en vacances aux Seychelles grâce à l’aviation ! Il voyait le défi, et par exemple les progrès des communications.

.

bdemeslay@lincorrect.org

Pin It on Pinterest

Share This