Skip to content

PCD : la profession de foi de Jean-Marie Lejeune, candidat à la présidence

Jean-Marie Lejeune se présente à la présidence du Parti chrétien démocrate, dont le président actuel est Jean-Frédéric Poisson. Il se présente pour « s'opposer au changement de nom et à la déconfessionnalisation du parti », laquelle serait prévue avant la campagne de 2022.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© DR / montage Louis Lecomte pour L'Incorrect

Chers amis, chers adhérents du parti chrétien-démocrate, je suis candidat à la présidence de notre mouvement pour réaffirmer son identité politique et ses valeurs. Retrouvez ici ma profession de foi :

Notre époque se caractérise par le triomphe d’un relativisme universel. L’homme a abandonné son espérance et ses racines, son amour et ses joies. Il erre dans la solitude et le doute. Cette situation le place aussi dans l’attente de repères et de valeurs.

L’actualité nous rappelle l’importance des valeurs chrétiennes. Aujourd’hui, le respect de la dignité de la personne humaine et de ses droits fondamentaux que sont la liberté, la sécurité, la santé et le travail ne sont plus garantis.

Récemment, l’augmentation des violences aux personnes est venue rappeler la dégradation du lien social. Elle souligne les carences éducatives et la faillite des instances de transmission que furent la famille ou l’école. Elles révèlent également le rapport troublé d’une génération à l’autorité. Sa contestation générale, d’où qu’elle émane, nous laisse une société violente et méconnaissable.

Atteints dans leur intégrité physique, nos concitoyens le sont aussi dans leurs biens. Et leur insécurité est aussi sociale et économique. La misère s’accroît et la crise à venir viendra l’aggraver. Certains travailleurs sont pauvres. L’absence d’emplois génère aussi un dénuement moral et économique, l’assistanat portant atteinte la dignité de la personne humaine.

Atteints dans leur intégrité physique, nos concitoyens le sont aussi dans leurs biens. Et leur insécurité est aussi sociale et économique. La misère s’accroît et la crise à venir viendra l’aggraver. Certains travailleurs sont pauvres. L’absence d’emplois génère aussi un dénuement moral et économique, l’assistanat portant atteinte la dignité de la personne humaine.

Le récent drame sanitaire a souligné l’importance des solidarités humaines. Nous avons vu des personnes mourir seules, dans un grand dénuement moral et affectif. Mais nous avons vu que l’homme restait grand quand il se montrait fraternel.

La fraternité, l’esprit d’invention, l’attention à autrui, la pitié et l’amour restent le cœur battant de toute société humaine. La France est une grande nation généreuse et le montre en actes. Son sentiment profond doit pouvoir s’exprimer politiquement.

La doctrine sociale et l’enseignement de l’Eglise commandent à l’Homme de se montrer généreux, fraternel, attentionné envers autrui et loyal. Ces valeurs sont la réponse à l’esprit d’abandon comme à nos souffrances.

Un mouvement politique qui entend répondre au malaise actuel de la société doit apporter une réponse chrétienne. Il n’y pas de valeurs qui s’enracinent aussi loin dans le temps et qui entendent persister si longtemps dans l’histoire que celles du christianisme. La référence chrétienne est une obligation morale. Elle est une réalité plus forte que de vagues idées ou promesses de lendemains qui chantent. Un mouvement politique chrétien n’est pas un parti comme les autres.

Nous ne pouvons pas mettre notre drapeau dans notre poche. Notre identité politique est chrétienne. Personne ne sera jamais convaincu par le mensonge et la compromission.

Nous proposons de revendiquer clairement et explicitement la référence chrétienne en rebaptisant le parti chrétien-démocrate, « Force Chrétienne ». Les partis divisent. Notre volonté est d’unir les hommes et les femmes de bonne volonté autour des valeurs chrétiennes.

Lire aussi : Castex, l’erreur de casting

« Force Chrétienne » sera un mouvement offensif, libre et décentralisé.

Fidèles aux enseignements de l’Eglise, nous appliquerons au mouvement le principe de subsidiarité :

· Les adhérents de Force Chrétienne seront consultés sur la définition du programme, de la stratégie comme de l’organisation interne du mouvement. Un mouvement n’est pas l’aventure d’un seul homme et n’a pas vocation à servir une carrière et une ambition personnelle.

· Nous voulons des directions collégiales à tous les niveaux, nationaux et locaux. Nous connaissons la valeur des adhérents et voulons les associer à la vie du mouvement.

· Le combat pour les valeurs doit être réaffirmé et porté par de nouveaux moyens : ainsi la création d’une web TV ou la promotion d’un nouvel organe de presse qui pourrait être vendu à la criée. A l’action politique, il faut y ajouter une dimension culturelle portée par des médias et relais qui nous soient propres.

· Nous voulons promouvoir l’action sociale des militants et soutenir les initiatives de charité et d’aide à la personne.

· Dans la tradition des corporations, nous voulons créer des cercles professionnels qui auront la charge de définir les points du programme qui se rattachent à leur compétence.

· Nous voulons enraciner le mouvement localement en formant et aidant les adhérents qui souhaitent prendre des responsabilités dans leur commune ou leur association.

· Nous souhaitons que le mouvement participe à chaque élection.

Fidèle à notre éthique politique, nous sollicitons le suffrage des adhérents pour réaffirmer l’identité chrétienne de notre mouvement. Convaincus que c’est dans la fidélité et la clarté que nous pourrons rassembler, convaincus aussi de valeur de nos adhérents et de la nécessité de les faire participer à la direction du mouvement, nous vous remercions de la confiance que vous voudrez nous accorder.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest

Share This