POTIER SIMPLE FLIC (DE LA PENSEE)

@DILCRAH

Le flic Potier et sa brigade sont de retour avec « l’affaire » Maurras, autre écrivain dont il a découvert l’antisémitisme

 

Frédéric Potier, délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (la bien nommée DILCRAHLGBT) est un jeune homme dans le vent (nauséabond de l’Histoire). Il a réussi à faire parler de son machin ministériel à l’occasion de « l’affaire » des pamphlets de Céline (écrivain), dont il découvrait l’antisémitisme avec stupeur : « Ce sont des ouvrages carrément [sic] antisémites et racistes. J’ai relu hier soir une partie de ‘L’École des cadavres’, qui date de 1937 [de 1938] : il ne s’agit pas d’une version soft [sic] du ‘Voyage au bout de la nuit’, mais d’incitation à la haine pure et dure », déclarait-il à l’AFP.

C’est un homme carrément courageux, car, selon Serge Klarsfeld, lire les pamphlets de Céline est susceptible de vous donner l’envie d’abattre un Juif dans la rue (en criant Allah Akbar ?). Ce qui serait en effet fâcheux pour le délégué de la DILCRAHLGBT. Et d’ailleurs, Potier Frédéric prétend qu’il a « relu » L’Ecole des cadavres. Ce qui signifie qu’il l’avait déjà lu ? C’est quelque peu inquiétant. Et c’est aussi méprisant pour les Français qui n’auront pas le droit de lire les pamphlets dont Potier a obtenu la non-publication (pour ne pas dire la censure préventive) : eux sont des débiles perméables à l’antisémitisme de Céline, tandis que lui, qui a fait l’ENA, est capable de lire tout cela avec du recul.

Le flic Potier et sa brigade sont de retour avec « l’affaire » Maurras, autre écrivain dont il a découvert l’antisémitisme. Il suffit en effet de prononcer le mot pour condamner. Parce que les Macronours, les Bisounours de Macron qui repeignent le monde en arc-en-ciel, n’aiment pas la complexité, la réflexion, les nuances de gris. Maurras est pour eux l’homme du « nationalisme intégral » (bouh, ça fait peur des mots méchants comme ça !), de l’antisémitisme d’Etat, mais il écrivait en 1937 dans l’Action Française, la même année d’ailleurs que Bagatelles pour un massacre de Céline :  « L’antisémitisme est un mal, si l’on entend par là cet antisémitisme de peau qui aboutit au pogrom et qui refuse de considérer dans le Juif une créature humaine pétrie de bien et de mal, dans laquelle le bien peut dominer. On ne me fera pas démordre d’une amitié naturelle pour les Juifs bien nés. »

 

Lire aussi : Céline, nous avons lu les pamphlets polémiques

 

Maurras, bien né il y a 150 ans et dont le nom avait été inscrit dans la liste des commémorations nationales 2018 sur la proposition de Danièle Sallenave, Jean-Noël Jeanneney ou Pascal Ory (sans doute des crypto-antisémites…) a été éjecté après l’intervention de la ministresse de la culture Nyssen Françoise, confirmée par l’expert-flic Potier. Ce dernier a déclaré que non c’était carrément pas possible de parler de Maurras en 2018 parce que : « Commémorer, c’est rendre hommage ». Enalphabète ! Il a beau avoir fait l’ENA, il pense comme un ANE. Commémorer, c’est pourtant simple, cela veut dire se souvenir ensemble, faire acte de mémoire. Cela veut dire regarder notre Histoire en face. La clique macroniste préfère réécrire l’Histoire. Ce sont des révisionnistes. Maurras n’a pas existé en France. Céline n’a pas écrit de pamphlets antisémites (en les censurant, on les fait disparaître de son corpus).

Au lieu de pourchasser les morts, les Macronours devraient s’occuper des vivants, de ces Juifs de France contraints de quitter leur quartier à cause non pas de lecteurs de Maurras ou de Céline, mais d’islamistes capables de tuer des enfants ou de jeter des vieilles dames par les fenêtres.

 

.

clahire@lincorrect.org

Pin It on Pinterest

Share This