[ TRIBUNE ] Pour une contre-vélorution

Crédit : DR

« Le travail de détestation du ravi à roulettes, ce concept sur pattes, est encore à inventer. » Philippe Muray

 

Voilà plus d’un an maintenant qu’on voit pulluler, sur les trottoirs de Paris et autres grandes métropoles françaises, d’innombrables vélos multicolores dont la particularité est d’être « en libre service », de pouvoir être loués par quiconque possède sur son smartphone l’application idoine.

Ces engins, affranchis de toute plateforme fixe, localisables par GPS sur le modèle d’Uber, se présentent comme un progrès écologique par rapport aux véhicules à essence tout en se flattant d’être plus commodes pour l’utilisateur que les traditionnels Vélibs. Ces appareils nous semblent, au contraire, constituer un redoutable fléau qu’il s’agit d’exterminer au plus vite.

 

Lire aussi : L’éditorial de Jacques de Guillebon : Face à face

 

Premièrement, quoi qu’elles prétendent, ces machines n’ont rien d’écologique. Produites par des firmes multinationales, elles sont fabriquées pour la plupart en Asie, profitant de l’exploitation de quelques faméliques Chinois. Ce ne sont point cependant des esclaves aux yeux bridés qui les acheminent en pédalant jusqu’en Occident, mais un banal mastodonte à pétrole. L’entretien régulier, les réparations ou les remplacements fréquents de ces fragiles mécaniques allongent encore leur note énergétique.

Enfin, elles ne daignent rouler que pour les trop heureux détenteurs de « téléphones malins », lesquels, doit-on le rappeler ?, sont excessivement polluants : l’extraction des minéraux rares en Afrique génère des guerres et appauvrit les sols, l’assemblage des pièces dans les pays du Tiers monde participe au travail des enfants, et, une fois finalisés, ces gadgets ont besoin pour fonctionner d’immenses data centers qui consomment une énergie folle (près de 20% de la consommation mondiale d’électricité).

 

Bref, ces bicyclettes 2.0 sont le pur produit de la mondialisation capitaliste dans ce qu’elle a de plus humainement abject et de plus écologiquement désastreux.

 

Mais ce n’est là, à vrai dire, que la couche superficielle du problème. Le véritable enjeu écologique n’est pas tant la sauvegarde de l’environnement que le salut de l’homme, la menace n’est pas tant le réchauffement climatique que l’attiédissement des coeurs. Ce qui est vraiment insupportable avec ces bécanes connectées, ou, pire encore, ces trottinettes qui désormais leur emboîtent la roue, c’est le type humain qu’elles transportent.

Après le vaillant guerrier à cheval et la flâneuse promenade du rêveur, nous découvrons aujourd’hui l’humanoïde en translation sur son astronef dans un cyber-espace à 26 dimensions. Grâce à sa technologie sur-développée, à la mesure infailliblement satellisée de son déplacement, il sait exactement combien de kilomètres, de mètres et de centimètres il parcourt, quel volume de CO2 il épargne (soi-disant) à l’atmosphère, et surtout combien de calories il brûle.

 

 

Aussi le bobo lambda peut-il fièrement rentrer chez lui, s’avachir sur son canapé, en se flattant d’avoir sauvé la planète tout en ayant fait un régime. Qu’il se verdisse la conscience à si peu de frais est tout bonnement inadmissible.

L’imposture serait risible, ce qui est proprement désespérant c’est qu’en l’homo trottinettus on peine à reconnaître notre semblable, que déjà il bascule dans le post-humain. Sa quête éperdue de l’efficacité, de l’hyper-fluidité, sa fascination du rendement conjuguée à son infatuée revendication de « coolitude » le conduiront demain à planer sur une gyroroue ubérisée et, après-demain, à se faire implanter des puces dans l’épiderme.

 

Lire aussi : Les gilets jaunes, ou l’indécence de la vie ordinaire

 

Le péril réside dans la rationalisation totalitaire, dans ce « palais de cristal » dont parlait Dostoïevski, auquel on ne peut plus « tirer la langue » tant il est parfaitement agencé. En fin de compte, si nous voulons mettre des bâtons dans les roues des bikes, c’est pour empêcher le monde de tourner en rond, pour que l’homme s’élève au lieu de circuler. Nous mettons notre grain de sel dans l’engrenage car il faut trébucher pour se redresser, et nul n’est plus bas que celui qui ne chute jamais. En somme, nous préférons marcher vers le ciel que rouler vers l’abîme.

La conclusion, c’est qu’il faut briser les idoles. Dans un élan néo-luddite, nous appelons à la casse des vélos et des trottinettes connectés. Nous avons pu constater que ces merdes, qui se disent « free floating », coulent très bien : aussi, n’hésitons pas à les jeter dans la Seine pour rentrer sur la scène de l’Histoire. Pour envoyer valdinguer le Système, pour que l’humanité n’aille pas à vau-l’eau, jetons les vélos à l’eau !

Pin It on Pinterest

Share This