Skip to content

Sélectron : les huit meilleures anciennes positions de Valérie Pécresse sur l’immigration

Valérie Traî... Pécresse choisit depuis quelques semaines de draguer l'électorat de droite soutenant Ciotti ou Zemmour en promouvant une politique ferme sur l'immigration et l'islam. Et pourtant, Dieu sait qu’elle a varié en la matière ! Sélectron de huit déclarations passées pour mesurer l’étendue de sa cohérence.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Facebook Les Républicains

8 – « Nous sommes à la croisée des chemins et nous avons peur. La peur de l'autre, de l'étranger. »

Ah oui, c'est un peu brutal comme entrée en matière. Disons que ça surprend. Dans une interview accordée au Monde en 2006, celle qui était encore une députée de l'UMP avec sept années au Conseil d'État commençait à conforter sa position dans le paysage politique français. Et quoi de mieux pour se fondre dans ce paysage que de promouvoir un cosmopolitisme plus « ministrable » dans le parti au pouvoir ? La xénophobie, c'est mal. Merci Valoche.


7 – « Mais si, en tant que responsable politique, nous passons toute notre énergie à panser des plaies, à réécrire le passé pour le rendre plus acceptable, alors nous ne nous projetons plus dans l'avenir, à savoir la construction d'une société métissée. »

Eh ben, elle s'est fait plaisir la bougresse ! Elle a probablement gagné trois points de gentillesse. Ce qui est rigolo, c'est qu'aujourd'hui, celui qui tient ce discours est à gauche. Pas mal à gauche d'ailleurs. Mais si, vous le connaissez : c'est Jean-Luc Mélenchon ! Eh oui, ce jour-là, Valérie la jouait progressiste anti-conservatrice. La nouvelle tête de la droite libérale, c'est mignon. Allez, on avance dans le futur. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest