La semaine politique de L’Incorrect #13

Ypres le 25 décembre 1914, des sapins décorés se dressent devant les tranchées allemandes. Lessivés par des mois de combats acharnés, les soldats britanniques et allemands fraternisent le temps d’une journée. Si Cela ne fut évidemment pas courant durant ce conflit si rude, l’idée d’une paix temporaire durant les fêtes de fin d’année n’était pourtant pas nouvelle. Louis IX, que l’Histoire retiendra plus tard sous le nom de Saint-Louis, fut notamment le promoteur de la « trêve de Dieu » qu’il rendra systématique pendant les grandes fêtes, dont Noël, et les semaines qui les précèdent. Sous la IIIème République, l’idée fut reprise et laïcisée sous le nom de « trêve des confiseurs ». Cette période de calme aux alentours du solstice d’hiver ne fut pas toujours respectée. Elle ne l’est malheureusement pas plus de nos jours !

 

Une étoile de Noël trop chrétienne

La scène se passe au cinéma le Rio, à Langon (Gironde). Quatre-vingt trois élèves sortent au beau milieu d’une séance du film L’étoile de Noël, dessin animé narrant la nativité au travers du périple d’une bande d’animaux. Les enseignants ont estimé que le thème du film ne convenait pas aux bambins. Il suffisait pourtant à ce personnel public hautement qualifié de lire le résumé du film sur Allociné avant de réserver la salle. Quant au titre, il est suffisamment explicite pour être compris par les moins cortiqués d’entre nous. Une laïcité bien pensée ne revient pas à nier le fait religieux. Les enseignants du langonnais ont injustement privé les élèves d’une sortie. Plutôt que d’interrompre la séance d’une façon aussi grotesque, des enseignants intelligents auraient assumé « l’erreur » en laissant les enfants regarder le film jusqu’à son terme, puis auraient pris la peine d’expliquer le film de retour en classe. Mais non, l’hystérie prime de nos jours…

 

Gérard Collomb panique

Alors que l’on commençait à croire que le gouvernement tenait le bon bout pour son projet de loi Asile et Immigration, il semblerait que Gérard Collomb cède à la panique. Il a abandonné, sous la pression de sa propre majorité, la notion « le pays tiers sûr » qui aurait permis à la France de renvoyer vers des pays non européens la responsabilité d’examiner le dossier d’un candidat à l’asile passé par leur territoire. Les associations ont eu raison de la bonne volonté du ministère de l’Intérieur, bien aidées par une partie des députés de La République En Marche qui n’avaient pas fait mystère de leur opposition. Il est difficile d’être ici et là « en même temps ».

 

Laurent Wauquiez fait son « shadow »

Laurent Wauquiez ne se repose pas durant les fêtes de Noël. Il devrait nommer un « contre-gouvernement » fictionnel mettant en avant une équipe rapprochée constituée de ténors des Républicains, autrement appelé « shadow cabinet » par ceux qui aiment se donner le frisson Tom Clancy à peu de frais. Son annonce sera-t-elle faite à l’antenne de la BBC de Londres ?

 

Inoffensives Femen

Les Femen se sont encore distinguées, faisant irruption dans la crèche installée devant la Basilique Saint-Pierre lors de la messe de minuit du 24 décembre. Totalement inoffensives, les « sextrémistes » franco-ukrainiennes ne surprennent, ni ne choquent plus personne. Elles indifféreraient presque. Bientôt dans les poubelles de l’histoire…

 

Ces dindes qu’on assassine

Je pronostiquais la semaine passée que les « vegans » chercheraient à nous empêcher de consommer des foies gras et des dindes le soir du réveillon de Noël. Bingo, ça n’a pas loupé ! Sans parler de l’association PETA qui a diffusé des publicités dans Paris pour nous pousser à réveillonner végétarien, certains internautes y sont allés de leur laïus habituel sur le gavage des oies, procédé considéré comme étant d’un autre âge par Greg Guillotin : « Ce soir, la torture s’invitera, comme chaque année, à la table des Français. Rappelons que la France est le plus gros producteur de foie gras au monde et l’un des deniers pays autorisant encore cette pratique. Ayez plus de cœur que nos institutions, ne cautionnez pas ça ! » Et pour cause, la France exporte ses foies gras dans le monde entier. Ils sont d’ailleurs consommés en Asie ou en Amérique. Après les damnés de la terre, l’Occidental en mal de sentimentalisme se trouve une nouvelle cause susceptible de flatter son ego : l’antispécisme qui est une forme de négation de la nature. En dehors de notre sphère civilisationnelle, personne n’en a rien à fiche et c’est tant mieux.

 

Que je m’aime

Dans les colonnes de L’Obs, Gilles Boyer dresse le portrait de son ami Edouard Philippe, n’oubliant pas de s’envoyer quelques fleurs au passage. Un exercice complaisant qui devrait être réservé « aux jours de mariage », selon le bon mot du journaliste de Libération Dominique Albertini. 

 

« Nique la police »

« On peut débloquer la démocratie en tabassant des flics » ! C’est ce que nous apprend le youtubeur et chroniqueur pour Médiapart répondant au sobriquet d’Usul. Pour se justifier, il explique que cela « fait partie des risques » parce que les policiers « ont choisi »leur métier.

 

Le courage d’Anna Muzychuk

« Dans quelques jours, je vais perdre mes deux titres de championne du monde d’échecs – l’un après l’autre. Juste parce que j’ai décidé de ne pas me rendre en Arabie Saoudite. De ne pas jouer selon les règles des autres, de ne pas vêtir l’abaya, de ne pas être accompagnée pour me promener dans la rue, et surtout de ne pas avoir l’impression d’être une créature de second rang. (…) Je suis déterminée à rester fidèle à mes principes et à rater la compétition, où je pouvais gagner plus qu’en participant à une douzaine d’autres compétitions combinées. Le pire est que personne ne semble en avoir quelque chose à faire. Tout cela est ennuyeux, et j’en retire un peu d’amertume, mais n’entamera en rien mes convictions », a déclaré la championne d’échecs ukrainienne Anna Muzychuk, sur sa page Facebook en guise de protestation contre la tenue du championnat du monde dans le royaume arabe. Il est difficile d’organiser une compétition sportive de premier plan en Arabie saoudite, tant le pays entretient de difficiles relations avec un grand nombre de ses voisins. Ainsi, si après le refus initial de Riyad, la Fédération international d’échecs est parvenue à obtenir des visas pour les joueurs qataris et iraniens, l’Arabie saoudite refuse toujours de laisser entrer des joueurs israéliens sur son sol. En outre, 150 joueurs professionnels ont annoncé vouloir boycotter l’épreuve, en sus de la médiatique Anna Muzychuk dont le courage et la hauteur de vue méritent d’être salués. Après tout, rien n’oblige une athlète à se rendre dans un Etat qui, par ses lois et ses coutumes, ne convient pas à son mode de vie. Anna Muzachyk n’est pas ambassadrice mais simple personne physique ne représentant l’Ukraine qu’au jeu d’échecs.

 

Quand l’AFP justifie le meurtre

L’AFP peut parfois présenter l’information d’une manière assez étonnante. Jugez plutôt : « Dans les campagnes d’Afrique-du-Sud, les agriculteurs blancs sont visés par une vague de meurtres. Si les motivations derrière ces attaques dont l’objet de controverses, elles sont le reflet d’inégalités qui persistent depuis l’apartheid ». Que doit-on en déduire ? Que les fermiers blancs l’ont bien cherché ? Qu’ils méritent de mourir en raison des inégalités persistantes dans une nation arc-en-ciel qui vire au rouge sang ? Qu’il y a des victimes qui n’en sont pas ?  Le 5 décembre dernier, l’ONG AfriForum organisait une manifestation à Pretoria pour alerter les autorités sud-africaines sur les dangers qui pèsent sur les fermiers blancs. Au moins 72 d’entre eux auraient été assassinés au cours de 350 attaques depuis janvier 2017. Le rêve sud-africain tourne au cauchemar, le pays le plus méridional du continent étant frappé par une criminalité record, l’immigration massive intracontinentale, la culture des gangs, la surfécondité des pauvres et la toxicomanie.

 

 

L’extrême droite autrichienne se régale

Autriche : « l’extrême droite » obtient trois ministères régaliens. C’est du moins ce qu’indiquaient les gros titres de nos journaux peu avant Noël, commentant l’accord de gouvernement entre les conservateurs de l’ÖVP et les nationaux-populistes du FPÖ. Si l’entrée au gouvernement du FPÖ n’est pas un fait inédit (entre 2000 et 2007 le FPÖ gouvernait avec les conservateurs, ce qui avait suscité des réactions beaucoup plus hystériques, et, actuellement, le FPÖ dirige une région au côté de la formation sociale-démocrate autrichienne), l’importance des ministères accordés au FPÖ par Sebastian Kurz prouve en revanche qu’une étape a été franchie. Songez donc que le FPÖ s’est vu attribuer la Défense, l’Intérieur ou les Affaires étrangères, trois fonctions régaliennes majeures. Pour annoncer leur accord de gouvernement, Sebastian Kurz et Heinz-Christian Strache avaient choisi le mont Kahlenberg, théâtre d’une grande victoire contre les forces ottomanes en 1683 qui a mis fin au siège de Vienne. Un endroit éminemment symbolique, à la hauteur des éléments programmatiques dévoilés par les deux chefs de partis, proche des politiques menées en Hongrie par Viktor Orban. Restent des interrogations : l’Autriche se détachera-t-elle du giron allemand pour se rapprocher de l’Europe centrale comme son histoire semble l’y appeler ? La concorde entre l’ÖVP et le FPÖ résistera-t-elle à l’épreuve de l’exercice du pouvoir ? Enfin, cette alliance peut-elle en inspirer d’autres en Europe ? En France ? L’avenir le dira.

 

.

grobin@lincorrect.org

Publier votre commentaire