Skip to content

Sondage sur les lycéens et le religieux : acte de fin pour la laïcité à la française ?

Un sondage publié par l’institut Ifop révèle que près d’un lycéen sur deux rejette le principe d’une laïcité à la française. Une majorité d’entre eux semble embrasser une conception américaine du fait religieux, tendance nourrie par la part grandissante d’élèves musulmans. Décryptage.

Partage

© Samuel Paty

« Il faut toujours dire ce que l'on voit : surtout il faut toujours, ce qui est plus difficile, voir ce que l'on voit », disait Charles Péguy. Voilà une enquête qui devrait permettre d’élargir la vue de quelques-uns sur la déperdition du modèle à la française dans la jeunesse. Commandée par la Licra pour son magazine Droit de vivre, une enquête publiée le 3 mars fait état d’un rejet de plus en plus grand de la laïcité à la française par les lycéens.

De cette étude, l’institut Ifop tire un double enseignement. Tout d’abord, les lycéens témoignent d’une « vision très ‘inclusive’ de la laïcité dans laquelle celle-ci est réduite au principe de neutralité de l’État tout en étant associée à une grande tolérance à l’égard des manifestations de religiosité dans l’espace scolaire ». Ensuite, « ces jeunes, et tout particulièrement les lycéens musulmans et/ou scolarisés dans les zones d’éducation prioritaire (REP), se distinguent aussi par leur hostilité à toute critique susceptible de heurter la susceptibilité des minorités ». Intitulé « ‘Droit au blasphème’, laïcité, liberté d’enseignement… Les lycéens d’aujourd’hui sont-ils ‘Paty’ ? », le sondage a été mené auprès de 1 006 élèves âgés de 15 à 17 ans et choisis pour former un échantillon représentatif.

Lire aussi : Université : Les écuries d’Augias

Premier enseignement dudit sondage sur l’état du fait religieux stricto sensu : en proportion, les catholiques ne sont plus que deux fois supérieurs aux musulmans parmi les lycéens français, alors qu’ils sont cinq fois supérieurs dans la population globale. Ainsi, si 46% des lycéens se disent sans religion, seuls 32% se déclarent catholiques et 14% musulmans (contre respectivement 38%, 50% et 9% dans la population française globale d’après une étude de l’Institut Randstad de 2018). En clair – et ça n’est une surprise pour personne – les dynamiques sont à l’athéisation, à l’islamisation et à la décatholicisation. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest