Skip to content

Station opéra : Émotion calibrée

Ni provocation ni maladresse : il s’agit bien de musique savante dans Chanson d’amour.

Partage

© DR

Tel est le titre d’une des cinq mélodies que Sabine Devieilhe et Alexandre Tharaud puisent dans le vaste catalogue de Fauré. Pour le reste du programme, trois autres compositeurs sont convoqués, qui ont donné ses lettres de noblesse à cet art si français du « poème chanté » : Ravel, Debussy, Poulenc. Moulés sur les vers d’auteurs célèbres ou oubliés, parnassiens ou symbolistes, ces joyaux miniatures épousent le rythme des fluctuations amoureuses. La courbe vocale y atteint des sommets de raffinement. À l’ère du rap et des prosodies barbares, voici un rappel sans concession de ce que signifie faire chanter le verbe des poètes.

Lire aussi : Station opéra : Fausses jumelles

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest