Skip to content

Wandavision : notre critique

Wandavision est une série syncrétique, dernier né de Disney Plus, mêlant les univers des super-héros Marvel à ceux des comédies télévisuelles traditionnelles américaines. Un univers particulier inséré dans le monde domestique et névrotique de la banlieue résidentielle : un cauchemar pavillonnaire.

Partage

© The Walt Disney Company France / Marvel Studio

Étrange objet que cette nouvelle série lancée par Disney Plus pour faire le lien entre deux époques de superhéros labellisés Marvel : on avait quitté les Avengers en 2019 après leur confrontation décisive contre Thanos et on s’apprête à les retrouver l’année prochaine dans plusieurs superproductions retardées pour cause de crise sanitaire (dont un très attendu Docteur Strange signé Sam Raimi). Entre les deux, cette courte série fait figure de terrain de jeu, de parenthèse expérimentale à l’intérieur de laquelle les créatifs de la firme se permettent pas mal de choses. Imaginez une sorte de prison mentale sous forme de comédie pavillonnaire, quelque part entre Truman Show et David Lynch, et vous aurez une idée à peu près juste de ce à quoi ressemble Wandavision : la Sorcière Rouge, incarnée par la délicieuse Elizabeth Olsen, s’y invente une sorte de monde parfait, en vase clos et entièrement contrôlé par elle, dans lequel son amant, le cyborg Vision (tué par Thanos) est bien vivant. [...]  

Lire aussi : Soul : notre critique

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest