Skip to content

Wonder Woman 1984 : notre critique

Les longueurs, les trucages non dissimulés et certains mauvais jeux d'acteurs de WonderWoman 1984 ne rendent pas nécessairement hommage à son prédécesseur.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Warner

Depuis les événements du premier opus, Wonderwoman s’est installée à Washington où elle continue sa mission de super-héroïne tout en vivant dans le regret de son amour perdu. C’est alors qu’un homme d’affaire raté s’empare d’une pierre capable d’exaucer tous les vœux afin de dominer le monde, projet auquel Diana Price va s’opposer, en croisant sur son chemin la redoutable Cheetah. WW84 est un divertissement efficace, mais qui, trop inégal, ne s’élève pas à la hauteur de son prédécesseur[...]

Lire aussi : En thérapie : notre critique

Des longueurs grèvent le rythme de ce film de deux heures trente. La faute à une intrigue fourre-tout, qui accumule les personnages et les scènes d’exposition. Si les passages d’action sont bien tournés, certains trucages se remarquent, ce qui complique toujours l’immersion. Les deux antagonistes sont très réussis, servis par une interprétation impeccable. Kristen Wiig, qui campe Cheetah, crève particulièrement l’écran. Au contraire, le jeu de Gadot est trop lisse, tout comme sa romance dont on peine à se préoccuper. Enfin, si le climax fonctionne d’un point de vue cinématographique, la morale facile qu’il voudrait transmettre laisse froid.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest