Auchan, Mounir et les robots

© DR

La France contre les robots ? Toute résistance serait vaine, répondrait Terminator. La fascination pour l’intelligence artificielle gagne ainsi de nouveaux adeptes quotidiennement. Les derniers en date s’appellent Mulliez, du nom de cette grande famille du Nord ayant fait fortune dans la distribution.

Alors que Jeff Bezos (Amazon) est désormais la première fortune mondiale, les acteurs traditionnels du secteur se voient dans l’obligation d’innover. Pour le meilleur … et peut-être pour le pire.

 

En avril dernier, Auchan annonçait la fermeture ou la vente d’une vingtaine de magasins sur le territoire français sur les 644 points de vente du groupe, plaçant sur la sellette plus de 720 salariés selon les syndicats. Les résultats d’Auchan sont à l’évidence bien tristes, avec une chute de 3,3 % du chiffre d’affaires et un recul de 20,5 % de sa marge opérationnelle. Edgard Bonte, le nouveau PDG venu de Kiabi, a d’ailleurs annoncé un « plan d’austérité » censé conjurer le sort. En cause : la concurrence du groupe allemand discount LIDL en France qui s’est repositionné dans la grande distribution, mais aussi, le spectre plus lointain d’Amazon et de ses magasins connectés dignes des pires dystopies cinématographiques.

 

Lire aussi : Sonia Mabrouk : « La France n’est pas multiculturelle et ne doit pas l’être »

 

Un concept qu’Auchan et Carrefour comptent importer en France, avant qu’Amazon ne s’installe dans nos contrées. Si Carrefour n’en est qu’au stade du développement, Auchan possède déjà un magasin test sur le parking du siège social de la firme à Villeneuve-d’Ascq (Nord). L’idée est simple : pas un seul vendeur, pas une personne physique. En effet, cette supérette d’une nouveau genre – qu’on espère ne pas prendre vie à la manière de la voiture Christine de Stephen King – est mue par l’intelligence artificielle. Vous me direz que l’intelligence artificielle vaut peut-être mieux que la bêtise authentique, et vous n’auriez pas tout à fait tort, mais à l’heure où des milliers de Français manifestent pour le mieux vivre et se battent pour leurs emplois, la politique commerciale d’Auchan est-elle bien raisonnable ?

 

© L’Incorrect

 

Oui, les « robots » vont bouleverser complètement le marché du travail, dans des proportions que nous n’avons probablement pas anticipées. Les professions intellectuelles intermédiaires, basées sur la maîtrise de savoir-faire et de connaissances, seront d’ailleurs aussi chamboulées à moyen terme, à commencer par les médecins, les expert-comptables et les juristes. Reste un vague sentiment de nausée, un frisson d’inquiétude qui nous traverse l’échine. Les magasins Amazon enregistrent tout ce que font leurs clients qui payent automatiquement dès qu’ils choisissent un objet, dont les préférences alimentaires sont analysées afin de leur envoyer des publicités ciblées sur leurs réseaux sociaux. Ainsi se met progressivement en place une culture consumériste totalitaire, qui connaît vos moindres désirs et vos plus petites habitudes, jusqu’à votre marque de sopalin favorite.

 

Lire aussi : Un délégué national de DLF appelle à voter RN pour voter utile

 

Meanwhile, l’ex chouchou des débuts de la macronie Mounir Mahjoubi propose de créer une compagnie de drones policiers chargés de surveiller Paris. Le très inclusif candidat à la mairie de Paris croit avoir trouvé là la solution miracle pour lutter contre l’insécurité qui empoisonne la capitale… Et bientôt, pour sauver la planète, nous mangerons des mini pizzas en écoutant des jingles publicitaires exempts de toute critique politiquement incorrecte, puis nous nous essuierons nos derrières avec les trois coquillages de Demolition Man, les rares réfractaires se nourrissant de rats dans les sous-sols de villes aseptisées dirigées par des élites formées d’abrutis, ayant oublié jusqu’à la nature même de l’humanité. Faut-il se résoudre à l’avènement de la France des robots ?

 

 
 Gabriel Robin

.

grobin@lincorrect.org

Pin It on Pinterest

Share This