Skip to content

Ballon rouge

Alors que les élections municipales ont donné une large victoire aux Verts dans les grandes villes de France, Marie-Hélène Verdier revient sur les dérives de l'idéologie écologiste qui n'a rien à voir avec la saine écologie intégrale naguère prônée par le pape Benoît XVI.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Marche pour le climat du 21 septembre 2019 à Paris

Durant le confinement, les seules enseignes lumineuses des rues étaient, avec celles des bureaux de tabac, les croix vertes des pharmacies. La vague des municipales aurait-elle un rapport avec cette couleur ambivalente, anxiogène et rassurante, qu’est le vert ? Depuis un demi-siècle le vert est monté en puissance et jamais l’expression « conversion écologique » n’a si bien convenu à la nouvelle religion à laquelle communie l’Europe entière. À la Start up nation en panne, les Français ont donc opposé, via une gauche plurielle, une Green attitude. Mais à quoi bon, un vote écolo ? Qui n’est pour l’air pur, les plages sans plastique ? Les enjeux environnementaux ne sont pas l’apanage du parti vert. Hulot a quitté le gouvernement. On dira qu’il n’y a pas eu de Greenwashing et que les leçons de ces élections sont l’abstention et le retour de la gauche plurielle. Certes, mais le parti vert est faiseur de rois. Et l’idéologie qui le sous-tend, une menace.

Lire aussiUn peuple de statues

Une idéologie s’inscrit dans le temps long et se nourrit de l’air du temps. Elle a une philosophie, ses slogans, ses emblèmes ses Useful idiots. Toute couleur, de son côté, a une valeur symbolique. Jusqu’au XXe siècle, le vert, couleur froide, des sorcières et des corps en décomposition, portait malheur. Fin du XIXème siècle, il entre dans les villes, via l’Angleterre, ses parcs et ses peintres. Au XXème siècle, avec la révolution écologique—squares, ceintures vertes, fontaines Wallace — il devient la grande couleur hygiénique et médicale, morale et politique. Avec Greenpeace, il entre au Parlement européen. Depuis 1970, on voit et vit la vie en vert : on mange de l’herbe, on boit du thé vert, on trie, on aime en vert. On privilégie des produits aux labels bio ou organic. Plantez un arbre sur votre balcon : la vue du vert fait baisser la pression artérielle.

Jusqu’au XXe siècle, le vert, couleur froide, des sorcières et des corps en décomposition, portait malheur. Avec Greenpeace, il entre au Parlement européen.

 L’écologie politique est une nébuleuse philosophique ( « le passage de l’histoire subie à l’histoire conçue ») , sentimentale et romantique (l’amour de la nature et des animaux), progressiste, qui recycle toutes les idées : la biodiversité, la défense des minorités, les phobies, la pensée décoloniale, l’immigration, et soutient une forme d’islamisme politique au nom du vivre ensemble. Dans les faits, c’est un parti mondialiste reposant sur « un capitalisme vert » qui inaugure un cycle nouveau de croissance, avec le développement renouvelable.

Mais c’est dans le domaine sociétal, moral, religieux qu’on voit le mieux l’intégrisme vert de la deep ecology qui lui est congénital. La deep écology fait table rase de la nature humaine : au nom de l’égalité des hommes et des femmes, des espèces, des règnes, le droit des animaux est mis à égalité avec « les droits humains » ; l’avortement tend à devenir un droit fondamental, et la migration, un droit. Elle prône le déracinement, la libre circulation de tout sous les vents éoliens du désir et du marché. Les visions prophétiques de Jacques Attali sont révélatrices de cette philosophie erratique.

Cette idéologie a une complicité avérée avec le libéralisme le plus brutal dont on voit l’application avec le marché de la PMA-GPA.

En réalité, cette idéologie a une complicité avérée avec le libéralisme le plus brutal dont on voit l’application avec le marché de la PMA-GPA. La propagande de cette idéologie se fait via les lobbys gays qui tissent, sur l’Europe entière, une toile impressionnante dont les écolos bobos sont les Useful idiots en propageant, dans les esprits, l’idée que le don de sperme c’est comme le don du sang : c’est bon pour la planète. On l’aura compris : le transhumanisme puise une source vive dans  la deep ecology.

Lire aussiPourpre cardinalice

Benoît XVI en employant les mots « écologie intégrale », et l’expression « décalogue de l’environnement » ne se doutait pas de l’exploitation qu’on en ferait. Par les termes « écologie intégrale », il croyait renforcer l’alliance entre l’être humain et l’environnement qui doit être le miroir de l’amour créateur. Sauf que Dieu n’est pas Baruch et la Nature n’est pas Dieu. De même, la protection « du plus faible » inclut un droit à la migration dénué de sens. Le Pape Benoît avait pointé les dérives de l’idéologie écologiste qui place la nature au-dessus de l’homme. Sauf que, tombée dans le langage commun, l’expression « écologie intégrale de l’homme » en arrive à faire oublier l’acte créateur de Dieu qui, dans la Genèse, sépare les éléments par sa Parole ordonnatrice et féconde qui se fait Logos puis Verbe incarné dans le Christ, lequel récapitule tout en une Création nouvelle. Au lieu de cela, la Révélation fait place à une religiosité de l’amour coupée de Dieu : le vivre ensemble. On revient au panthéisme. Au nom de l’amour pour tous, la PMA entre dans les esprits.

Le Pape Benoît avait pointé les dérives de l’idéologie écologiste qui place la nature au-dessus de l’homme.

Lors de la journée de l’écologie, en 2017, la façade de Saint Pierre a été illuminée non pas avec des figures de l’histoire Sainte mais par des images de zoo, de singes, de perroquets, de primates : l’illumination de cette chaîne du vivant fut financée par les banques américaines dont la Banque Mondiale. Notre Mère la Terre est mise à l’honneur par tout un courant catholique actuel.  La Pacha Mamma est entrée dans les jardins du Vatican avant de finir dans le Tibre d’où elle fut repêchée. Tout cela entre en résonance avec un air du temps écolo. Derrière sainte Greta, la planète s’agenouille. L’Assemblée l’a écoutée religieusement, le 23 janvier 2019. La CEDH remplace le Tribunal de la Grande Inquisition en condamnant les pays (encore aujourd’hui, la France)  qui ne respectent pas « le droit » des peuples à migrer.

Tout le monde connaît Babar, ce personnage de BD né entre les deux guerres. Babar a un costume couleur de printemps, une chemise blanche et un nœud papillon. Il est honnête et placide. Un dessin de Jean de Brunhoff montre sa troupe joyeuse dont un éléphanteau porte une pancarte « Vive le bonheur ». Mais le bonheur —cette idée neuve en Europe au XVIIIème siècle— s’est dégradée et recyclée dans les désirs les plus marchands. Elle drague les bobos des villes, les paumés et les nantis. La vérité est que le parti écologiste est le produit d’une élite mondialisée,  matérialiste, de cadres sans frontières ni états d’âme.

Ce n’est pas un hasard si les tapis de jeu et de foot sont verts : le vert est la couleur du destin. C’est surtout une couleur chimiquement instable sous des apparences de printemps du monde. Au musée d’Orsay, un beau tableau de Félix Vallotton, le Ballon, montre un enfant courant sur une étendue d’un vert sombre, après un ballon rouge, dans une atmosphère menaçante.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest

Share This