Skip to content

Jean-Frédéric Poisson : Éolien contre nucléaire, pour une alternative propre

Pour éviter d’importer des hydrocarbures russes, de nombreux pays européens ont décidé de relancer massivement la production d’éoliennes. Une très mauvaise idée pour Jean-Frédéric Poisson, président de VIA | La voie du peuple, qui rappelle le bilan catastrophique de ces monstres d'acier. Tribune.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Hans Hillewaert

Pour éviter d’importer des hydrocarbures russes, des gouvernants ont exhumé une solution qui semble bien pire que le mal initial : face à la pénurie d’énergie qui nous touche, de nombreux pays ont décidé de relancer massivement la production d’éoliennes sur le sol européen. Ainsi, l’Allemagne, la Belgique, le Danemark et les Pays-Bas ont décidé d’implanter des éoliennes offshore en mer du Nord pour se passer de leur dépendance vis-à-vis de Moscou. Dans ce but, ils souhaitent multiplier par quatre leur capacité totale d’ici à 2030. En France également, l’éolienne offshore semble avoir la cote puisque la région Occitanie a déclaré le 23 mai vouloir devenir la « première région européenne à énergie positive d’ici 2050 » en développant de l’éolien flottant.

Lire aussi : Charles Thimon : « Le vent est renouvelable, pas les éoliennes »

Au-delà de son manque d’efficacité à cause des caprices de la météo, il faut pourtant revenir sur les particularités de l’éolien qui est loin de constituer une énergie « propre » contrairement au nucléaire. En effet, ces monstres de carbone et d’acier présentent un bilan écologique catastrophique. Leur socle est constitué d’une ossature de 50 tonnes de ferraille et entre 1000 et 1500 tonnes de béton particulièrement polluant. Les nacelles d’éoliennes terrestres ou offshores nécessitent des terres rares importées de l’étranger pour fonctionner, terres dont le bilan est également particulièrement polluant pour le biotope d’où il est extrait. On mesure ainsi l’hypocrisie des promoteurs éoliens qui vantent la propreté de leur instrument sur le territoire où il est implanté, mais omettent l’extrême pollution dont leur construction est la source en amont et leurs conséquences sur les populations. Nous ne pouvons pas non plus passer sous silence les dégâts des éoliennes sur la faune locale, leur impact visuel sur les paysages ou le prix démesuré de leur démantèlement. Il y a de quoi s’étonner de voir un certain nombre d’écologistes, d’un côté, faire la promotion de cette source d’énergie et, d’un autre côté, critiquer le nucléaire à cause de ses déchets.

Il est temps de s’émanciper de la tutelle européenne qui […] se permet hypocritement de distribuer de bons et de mauvais points aux États sur leur manière de produire de l’énergie

Ce combat autour de la « propreté » des énergies a été particulièrement bien illustré ces dernières semaines au niveau de l’Union européenne. Il était ainsi question de changer la classification dont faisait l’objet le nucléaire en le désignant désormais comme une énergie verte. De cette classification dépend ainsi un certain nombre de subventions que l’Union verse aux pays. Nous sommes en droit de nous étonner de l’attitude de l’Allemagne qui s’est opposée à cette nouvelle classification. Sans doute souhaite-t-elle éviter que son voisin français bénéficie d’un avantage autour de cette énergie qui couvre 71% de notre génération électrique, alors que de son côté, elle se voit obligée d’ouvrir à nouveau 15 centrales à charbon particulièrement polluantes, ne lui permettant pas de se voir octroyer ces aides européennes. D’une part, ce nouvel exemple montre à quel point la solidarité européenne est un leurre puisque chaque État européen ne pense constamment qu’à affaiblir son voisin. Mais au-delà de cet échec bruxellois, il apparaît de plus en plus clairement que le débat autour de la propreté des énergies est largement biaisé à cause des intérêts particuliers des États ou des lobbies.

Lire aussi : Le pactole des éoliennes

Il est temps de s’émanciper de la tutelle européenne qui, non contente d’imposer des sanctions à la Russie qui se répercutent directement sur notre économie, se permet hypocritement de distribuer de bons et de mauvais points aux États sur leur manière de produire de l’énergie. Un moratoire de deux années pourrait être décidé pour surseoir aux projets d’implantation afin de prendre en compte la santé publique, de mettre en place une procédure d’information et de concertation en amont des projets. Mais il est surtout temps de s’émanciper de la pression idéologique que nous assènent certaines structures prétendument écologistes faisant le jeu des promoteurs éoliens, alors que nous avons sous la main un outil propre, efficace, qui a fait ses preuves : le nucléaire. Il est plus que jamais nécessaire d’investir de nouveau dans cette filière authentiquement verte et d’éviter l’écueil de l’éolien, particulièrement dangereux pour notre environnement, notre patrimoine naturel et notre économie.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest