Islamisme et Calvinisme, même combat ?

Crédit : Louis Lecomte pour L'Incorrect

En 1713 le Traité d’Utrecht mettait fin à la fulgurante ascension hollandaise, le nouveau siècle allait devenir une bataille entre Londres et Paris ; conséquemment l’Anglicanisme et le Gallicanisme étouffaient le rêve calviniste des Pays-Bas. En 2019 Joram van Klaveren, ancien proche de Geert Wilders, se convertit à l’Islam. Cette conversion surprend et est commentée un peu partout en Europe, mais est-elle si étrange ? A-t-il vraiment changé?

 

Au XVIème siècle quand les armées mahométanes se déversaient sur l’Europe les sujets hollandais du Roi d’Espagne décidèrent d’entrer en rébellion contre la couronne. Ils avaient toléré Charles V mais son fils était trop hispanique, trop catholique, trop méditerranéen, bref trop européen. Philippe II avait une tâche, celle de Charles Martel quelques siècles auparavant, empêcher l’islamisation de l’Europe.

 

Lire aussi : L’éditorial de Jacques de Guillebon

 

Il a réussi au grand dam de l’internationale huguenote, bien plus ancienne et bien plus dangereuse que l’internationale communiste. Sa réussite fut le salut de l’Europe et de la France, cette dernière serait devenue calviniste sans lui.

Pendant que le sort de l’Europe se jouait les Hollandais criaient « Liever Turks dan Paaps » (plutôt Turcs que Papistes). Leur bourgeoisie correspondait avec le Sultan et ils raillaient ensemble le Pape et l’Empereur, l’idée que la vie sous les Ottomans serait plus convenable que celle sous la férule catholique faisait son chemin. Joram van Klaveren est l’héritier de cette histoire, comme ses lointains ancêtres il a choisi son camp.

 

 

Cela ne s’appelle pas Sérotonine mais Soumission. Les libéraux, obsédés par la liberté et le fric, feront de même. Après tout l’Islam est une religion de paix, et grâce aux conversions beaucoup de nos bourgeois pourront garder leurs privilèges, leurs terres, leurs affaires. Certes leur conviction sera épidermique mais historiquement dans l’expansionnisme islamique les conversions pour intérêt étaient d’une normalité déroutante.

Islamisme et Calvinisme partagent le même fétichisme de la laideur. La civilisation européenne est la civilisation de la représentation, de la beauté. La beauté des cathédrales, des femmes, des armures, des mots. La Furie Iconoclaste des réformés s’est abattue sur les statuettes des Pays-Bas, comme en terre d’Islam la représentation devrait être interdite.

 

Les aïeux de van Klaveren se sont toujours dit qu’ils préféreraient la rigueur coranique à la pagaille latine, le monothéisme dur du désert à la subtilité trinitaire des Romains.

 

Les Catholiques d’antan défendirent une condamnation en bloc des Protestants. Cela est compréhensible du point de vue doctrinal, pourtant nous ne pouvons pas accepter de mettre Luthériens et Calvinistes dans le même sac. Géopolitiquement les suiveurs du prêcheur de Wittenberg ont apporté leur aide à Vienne contre l’invasion de la Sublime Porte.

Les aïeux de van Klaveren se sont toujours dit qu’ils préféreraient la rigueur coranique à la pagaille latine, le monothéisme dur du désert à la subtilité trinitaire des Romains.

 

Lire aussi : Michel Onfray, sagesse des imbéciles

 

Amsterdam échoua, Cromwell aussi. Nonobstant les Puritains allaient établir la si désirée république calviniste outre-Atlantique. Abattre la Papauté demeurait leur but.L’Europe est prise en étau entre l’Islamisme et le Calvinisme. La République universelle et le Califat mondial. Jamais le pouvoir dominant en Europe, quand il était européen, a permis l’islamisation du continent.

L’empire libéral ne peut pas s’opposer à la marche islamique car il sait très bien que sans elle il aurait été tué dans l’œuf. Pire, l’amour du business est commun aux deux mondes, le commerce nous délivrera!

La femme du nouveau mahométan approuve sa décision. Les femmes sont plus souvent des spectatrices que des actrices. Elles sont les proies, pas les chasseurs. L’Histoire est une bataille entre hommes pour conquérir les femmes. Jean Calvin et Mahomet sont d’accord sur les femmes. Ils les effacent. Derrière le voile ou sous le magma pornographique. Ils les punissent.

 

 

Dans une rigidité malsaine ou dans une liberté dévoyée. Ils les enferment. Dans un cadre clanique ou dans une solitude perpétuelle. Ils les nient. Mystification permanente ou indifférenciation androgyne. La femme mourra avec l’Europe.

À l’heure si tardive où nous nous trouvons il faudra un miracle, le dernier bataillon nietzschéen, pour que nous puissions redevenir des Européens, au moins une toute dernière fois.

Alphonse Moura est géopolitologue, maître en Sciences Politiques et Relations Internationales.

moura@lincorrect.fr

Pin It on Pinterest

Share This