Le libéralisme va t-il redevenir de gauche ?

Crédit : l'Incorrect

Le libéralisme est la matrice originelle de notre modernité politique, née du spectacle de la division des hommes au sujet de la vérité. « Épuisées, dévastées par les guerres civiles religieuses qu’avait provoquées le schisme protestant, les sociétés européennes se sont progressivement rendu compte qu’il leur fallait accepter le désaccord sur les finalités ultimes de l’existence pour survivre et former encore un monde commun », rappelle Alain Finkielkraut dans L’identité malheureuse.

 

Désaccord sur Dieu puis sur l’homme. Constatant l’impossibilité de s’unir autour d’une même anthropologie, le libéralisme évacue la question de la vérité pour exiger un accord fondamental de tous les citoyens dans le cadre d’un contrat social qui organise la vie en société malgré les désaccords existentiels.

Aujourd’hui, on appelle cela les valeurs de la République, « c’est-à-dire les dispositions qui permettent de vivre ensemble sans avoir rien de commun », précise Pierre Manent dans Situation de la France, ce qui entraîne un rétrécissement considérable du bien commun. Pour saint Thomas d’Aquin, « la fin ultime d’une multitude rassemblée en société est de vivre selon la vertu ».

 

Lire aussi : L’éditorial de Jacques de Guillebon : Nos mirages

 

À l’inverse, dans une société libérale, le bien commun est uniquement d’ordre procédural : c’est l’ensemble des conditions qui garantit à chacun le libre exercice de ses droits individuels et « la jouissance paisible de l’indépendance privée » (Benjamin Constant). C’est donc le règne du droit et de l’économie qui remplace celui de la philosophie et de la métaphysique, dans un paradigme totalement individualiste.

 

Indifférentisme de principe

 

Le libéralisme philosophique se veut très tolérant à l’intérieur du cadre qu’il a lui-même institué mais très intolérant si l’on veut sortir de celui-ci. Vous avez théoriquement le droit d’être opposé à l’avortement ou au mariage homosexuel mais à condition que cela demeure une opinion personnelle que vous n’imposerez pas au reste de la société – la seule vérité d’une société libérale consistant justement à ne pas diffuser la lumière de la vérité sur la réalité humaine de l’embryon ou du mariage, pour se réfugier dans un indifférentisme de principe qui autorise chacun à penser et agir comme il l’entend pourvu qu’il laisse son voisin en faire autant.

 

« La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui », résume ainsi l’article 4 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen. Ce qui explique pourquoi il est si dur de se faire entendre sur ces sujets et pourquoi tous les combats dits sociétaux ont été perdus au cours des cinquante dernières années. Faut-il rejeter en bloc le libéralisme ?

 

 

Oui, sur le plan philosophique car ses fondements reposent sur une abstraction qui méconnaît la nature sociale de l’homme et prône une liberté détachée de toute recherche de la vérité. Sur le plan politique, la réponse est plus complexe. « Il y a une grande différence entre la praxis libérale et les fondements théoriques du libéralisme », rappelle Jean-Michel Garrigues, op, dans La politique du meilleur possible.

De fait, un régime libéral, malgré son vice originel, permet l’expression d’un certain pluralisme politique et l’existence de libertés publiques qu’on aurait tort de négliger, surtout lorsque l’on sait ce qu’ont été – et sont encore – les régimes communistes, les dictatures africaines ou sud-américaines, ou encore les régimes islamistes du Moyen-Orient.

Les dissidents de ces pays savent à quel point un régime de libertés est précieux pour l’homme. Soljenitsyne et Jean-Paul II en ont tous deux témoigné.

 

Un pis-aller ?

Il est donc tout à fait possible de ne pas être libéral au niveau de la finalité recherchée – c’est-à-dire de croire en l’existence d’une vérité devant structurer les sociétés – tout en se reconnaissant libéral quant aux moyens employés pour parvenir à faire triompher cette vérité : refus de la contrainte au service de la vérité, reconnaissance des grandes libertés publiques, pluralisme politique.

Ce sont d’ailleurs des libertés que l’on aurait tout intérêt à revendiquer pour contester les postulats de l’idéologie libérale. Mais l’expérience montre aussi qu’à force de se placer dans un paradigme libéral – même au niveau des seuls moyens – on finit par devenir totalement libéral, y compris au niveau philosophique. De plus, il est, par principe, impossible de contester par des moyens libéraux les fondements de l’idéologie libérale, puisque ceux-ci ne supportent précisément aucune discussion.

 

Il est tout à fait possible de ne pas être libéral au niveau de la finalité recherchée – c’est-à-dire de croire en l’existence d’une vérité devant structurer les sociétés – tout en se reconnaissant libéral quant aux moyens employés pour parvenir à faire triompher cette vérité: refus de la contrainte au service de la vérité, reconnaissance des grandes libertés publiques, pluralisme politique.

 

La solution ne peut donc venir de là même si le régime libéral reste à bien des égards un pis-aller accepté par tous. Tel n’est pas le cas du libéralisme économique qui fait l’objet d’une sérieuse remise en question à droite.

 

Accusé d’être responsable de la disparition des corps intermédiaires qui a atomisé l’individu face à l’État, le libéralisme économique est aussi contesté par tous ceux qui dénoncent la paupérisation des classes moyennes livrées au seul pouvoir de l’argent par des actionnaires qui ignorent toute notion de frontière nationale et délocalisent là où la main-d’œuvre est moins chère, contribuant ainsi à désindustrialiser l’Europe.

 

Lire aussi : L’éditorial de hors-série spécial Gilets jaunes : Les sanglots jaunes des gilets de l’automne

 

En même temps, il reste, pour toute une partie de la droite, le meilleur moyen de retrouver la prospérité économique en combattant l’omnipotence de l’État par son autolimitation au domaine régalien qui permettrait de réduire la dépense publique, diminuer le montant général des impôts et libérer le marché du travail. De fait, les critiques qu’adressent les libéraux au modèle français d’État providence sont souvent pertinentes, qu’il s’agisse du système éducatif entièrement soviétisé par l’Éducation nationale, du niveau record des prélèvements obligatoires ou encore du poids démesuré de la dépense publique dont la France est malheureusement championne et qui obère lourdement nos entreprises.

 

 

Le libéralisme fracture donc durablement la droite et l’on est en droit de se demander si l’on ne se dirige pas, à terme, vers un retour à l’unité originelle du libéralisme qui était porté par la gauche dans ses dimensions philosophique, politique et économique tout au long du XIXe siècle. Du temps où la majeure partie de la droite était légitimiste, contre-révolutionnaire et antilibérale.

 

Pour cela, L’Incorrect a décidé de mener le débat en faisant dialoguer toutes les sensibilités de la droite, du moins celles qui refusent le vertige de dissolution d’une société livrée à la toute-puissance du libéralisme philosophique. mais sont partagés au sujet du libéralisme politique et économique. ?

Essayiste

bdumoulin@lincorrect.org

Pin It on Pinterest

Share This