Skip to content

Penser la puissance pour sauver la civilisation

La droite française s’accorde de plus en plus largement à déplorer la ruine progressive de la civilisation. Elle inclut régulièrement dans ses éléments de langage des formules du type : « C’est un enjeu de civilisation. » Sans définir ce qu’elle est et avec une grille de lecture du monde obsolète.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© DR

Inutile de lister les notions qui ponctuent le discours des droites françaises, de la plus sociale à la plus libérale en passant par les souverainistes, libéral-conservatrices, etc., car elles sont toutes inscrites dans un même cadre paradigmatique, structuré progressivement au cours des XIXe et XXe siècles. Non pas que ces droites soient identiques, car les points de divergence existent et sont non négligeables, mais aucune d’elles ne parvient à s’extraire du cadre tracé par Francis Fukuyama dans La Fin de l’histoire et le Dernier Homme, lequel consacre la victoire définitive des démocraties libérales. En trois points : politique (le demos) ; juridique (les droits individuels) ; économique (le pouvoir d’achat).

Certaines droites croient se distinguer en invoquant la souveraineté. Ceci n’est pas tant une rupture qu’une autre façon, plus réaliste, d’envisager le gouvernement démocratique et libéral, réduisant l’influence de la mondialisation et des structures supra-étatiques et réaffirmant l’importance des frontières. Le changement est notable et salutaire, mais il ne remet pas fondamentalement en question le paradigme social-libéral de Fukuyama.

Lire aussi : Plus on est de fous, mieux on se porte

D’autres droites estiment qu’il faut adjoindre aux points évoqués ci-dessus le terme « identité ». Cette notion est celle qui approche le plus le bord du cadre. Elle porte en elle, même si c’est de façon maladroite et politiquement inopérante, les germes d’une pensée civilisationnelle, mais elle échoue néanmoins à réfuter Fukuyama. Certes, les restrictions migratoires, la révision des politiques droitdelhommistes, la lutte contre l’islamisation, la promotion du localisme, l’essor de la France périphérique, la réindustrialisation du pays sont aujourd’hui nécessaires, voire indispensables, mais la civilisation française, dans ce qu’elle a de plus essentiel, ne s’y réduit pas. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest