Skip to content

Tribune : Remigration cordiale, remigration martiale

Les Français d’origine européenne doivent rester ultra-majoritaires sur leur sol sous peine de mort de la France. Fort de ce constat, la conclusion s’avère logique. Si les Français d’origine extra-européenne sont trop nombreux pour vivre en bonne intelligence avec les Français de souche européenne, alors un grand nombre d’entre eux doit repartir.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© DR

La rapidité avec laquelle notre pays court à l’abîme, que celui-ci prenne la forme d’un grand basculement anthropologique comme le nomme Jérôme Fourquet, où les Français de souche européenne deviendraient une minorité au sein du peuple Français, d’une séparation territoriale, d’une scission, d’une fracturation comme a pu le diagnostiquer François Hollande à la fin de son mandat présidentiel, situation qui, logiquement devrait mener tout droit à une sécession, ; ou que cet abîme ne se matérialise plutôt par la guerre de tous contre tous théorisée par Hobbes, la guerre civile que l’histoire de France a souvent connue, cette rapidité avec laquelle se dessine un sombre horizon ne peut qu’amener le citoyen non résigné à envisager d’autres pistes.

Lire aussi : Grand remplacement et remigration, vrai ou faux débat

Que l’on analyse la situation actuelle comme la conséquence d’avides libéraux ayant habilement manœuvré pour remplacer le salariat français par un salariat d’origine extra-européenne, plus corvéable, plus malléable et plus « compétitif », ou plus simplement comme la logique d’un monde sans frontières, peu d’observateurs en tout cas ignorent que c’est la quantité inédite d’une immigration d’origine extra-européenne sur le sol français (15 millions d’individus nous révèlera peut-être un jour un institut objectif, individus à la démographie bien plus importante que celle des Français d’origine européenne) largement de culture musulmane pour ne rien gâcher, qui fera basculer l’histoire de France.

Assimiler au forceps ces quinze millions de citoyens français d’origine extra-européenne ? Les intégrer ? Les laisser au contraire vivre leur vie dans toute la liberté que leur confère la nationalité française, dans un maëlstrom multiculturaliste ? Dans tous les cas, cela signifiera la fin de la France éternelle, celle bâtie et peuplée par un peuple européen.

Il ne saurait y avoir la possibilité de dénier à un peuple millénaire et enraciné le droit à sa continuité historique.

Il ne saurait y avoir la possibilité de dénier à un peuple millénaire et enraciné le droit à sa continuité historique. Les Français d’origine européenne doivent rester ultra-majoritaires sur leur sol sous peine de mort de la France. Fort de ce constat, la conclusion s’avère logique. Si les Français d’origine extra-européenne sont trop nombreux pour vivre en bonne intelligence avec les Français de souche européenne, alors un grand nombre d’entre eux doit repartir. Combien ? Plusieurs millions forcément. Autant que nécessaire pour que le grand basculement anthropologique ne puisse aboutir. Pour que la France reste un pays européen.

Arrive désormais l’inévitable question du « comment ? »

Deux approches seront possibles, à mettre en œuvre simultanément. La première devra concerner les Français d’origine extra-européenne non hostiles, non violents, simplement nés au mauvais endroit et préférant cultiver leurs origines ancestrales plutôt que de se fondre dans un moule non désiré voire rejeté. Cette approche, que l’on pourra qualifier de remigration « incitative » consistera à amener des agents de l’État jusqu’à ces personnes pour faire un constat commun. Constat qu’aucune politique d’assimilation, d’adhésion pleine et entière à la culture, aux mœurs, aux principes, à l’histoire de France, ne saurait être envisagé par ces individus, souvent communautarisés. Ceux-là, souvent dans le respect de la loi actuelle, se sont construits au sein de leur communauté, avec leurs noms, leurs prénoms, leur religion et leur manière de l’exercer, leurs coutumes, leurs croyances, leurs pratiques, leurs mœurs et ne souhaiteront jamais abandonner cette voie-là. Et pourtant ils sont Français. Il faudra faire comprendre à ces gens-là qu’aucune vie n’est possible en dehors de la seule communauté nationale.

Lire aussi : Back to Africa

L’un des points les plus saillants de ce constat sera l’impossibilité pour les citoyens français de prénommer leur enfant autrement que par un nom appartenant au panthéon européen. Ceux des musulmans qui souhaiteraient continuer à prénommer leur descendance par un nom islamique seront déçus. Cruellement déçus même, quand la loi empêchera toute distinction religieuse d’être portée dans l’espace public (hormis celles des confessions chrétiennes). L’État sera là pour entériner un divorce à l’amiable. Sans vaisselle cassée dans la cuisine. Pour leur donner l’envie de renoncer à leur nationalité française et de remigrer dans leurs pays d’origine, la France leur proposera une somme d’argent, qui leur permettra de recommencer  une nouvelle vie sur la terre de leurs ancêtres, en ouvrant un commerce, une entreprise, en achetant des terres cultivables ou constructibles. Même en investissant des centaines de millions d’euros dans un tel processus, l’économie française en sortirait largement gagnante, n’ayant plus à supporter le poids social de ces individus regroupés en communauté. Une remigration incitative permettrait ainsi à des millions de personnes de choisir une meilleure vie, en adéquation avec leur vision des choses, sur la terre de leurs ancêtres, sans avoir à se construire en opposition frontale avec une partie de leur propre peuple actuel.

L’autre volet sera lui, plus direct. Bien évidemment, la déchéance de nationalité française sera mise en œuvre pour tout citoyen français d’origine extra-européenne possédant la double nationalité qui se livrera à des actes terroristes, criminels et délictueux lorsqu’en multi-récidive. Mais certains citoyens français d’origine extra-européenne, issus de générations de parents nés Français en France ne posséderont pas la nationalité de leurs origines alors même qu’ils pourraient avoir un comportement hostile à la société française et, tout simplement ne pas se sentir français. Or, ces individus, voyant bien ce que la France, bonne mère, a à leur offrir (ou à piller) n’envisageraient absolument pas de renoncer à la nationalité française même sous contrepartie financière.

Plus que les barrières constitutionnelles, la véritable adversité proviendrait de la levée de boucliers des journalistes, politiques, intellectuels et influenceurs de toutes sortes

Bénéficiant de la protection que leur accorde la Constitution, les Conseils d’État et constitutionnel, ils sont dans le cadre institutionnel actuel inexpulsables. Il convient dès lors de s’affranchir de ces barrières institutionnelles. Que ce soit en suspendant la constitution, en l’abrogeant, ou en en faisant adopter une autre, les dirigeants devraient avant tout modifier le droit pour ne pas en être empêchés. Vis-à-vis de l’interdiction faite par l’ONU de rendre apatrides des nationaux d’un État, les choses sont claires : la France a bien signé la convention onusienne de 1961 sur la réduction des cas d’apatridie et la convention du Conseil de l’Europe de 1997. Mais elle ne les a pas ratifiées. Au regard du droit international, la France n’est donc pas liée à ces textes. La France peut donc créer des apatrides si elle en ressent la nécessité de leur dire d’aller voir si l’herbe se trouve plus verte ailleurs. Dans les faits, ces cas seront bien plus rares qu’escomptés, la plupart d’entre eux ayant une nationalité étrangère. Le fait que ces États dont ils sont originaires pourraient refuser de les reprendre est un argument souvent employé. Mais la plupart de ces États vivent des accords économiques, politiques voire militaires qui les lient à la France et sur lesquels la France pourrait revenir s’ils décidaient de ne pas reprendre les leurs.

Il est pourtant pleinement légitime pour un peuple historique de ne pas vouloir, ni de se faire remplacer ni de se faire pourrir la vie par des gens qui ne seraient jamais devenus Français si l’on avait consulté le peuple sur cette question.

En vérité, si les obstacles politiques actuels sont réels, ils sont loin d’être insurmontables. Plus que les barrières constitutionnelles ou les potentielles réactions hostiles des « concernés », la véritable adversité proviendrait de la levée de boucliers des journalistes, politiques, intellectuels et influenceurs de toutes sortes. Il est pourtant pleinement légitime pour un peuple historique de ne pas vouloir se faire remplacer ni de se faire pourrir la vie par des gens qui ne seraient jamais devenus Français si l’on avait consulté le peuple sur cette question. Après l’attentat du marché de Strasbourg, le 13 décembre 2018 (qui tua cinq personnes et en blessa onze autres) et après la mort du terroriste abattu par la police, le député Bruno Studer (LaREM) déclara que « Cherif Chekkat était un Strasbourgeois né à Strasbourg, un Alsacien né en Alsace, un Français né en France ».

La paix et la continuité historique de notre peuple sont à ce prix-là.

Notre République vit dans un mensonge perpétuel vis-à-vis de son peuple. Cherif Chekkat, binational franco-algérien, de parents non-assimilés, était un délinquant multirécidiviste de longue date qui empoisonnait la vie de ses concitoyens depuis des années et aurait du être déchu de la nationalité française et remigré en Algérie bien avant qu’il puisse commettre ces crimes. La paix et la continuité historique de notre peuple sont à ce prix-là.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest