Skip to content

Dominique Noguez : ivre de savoir, d’humour et de délicatesse

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Un grand graphiste gramsciste grandiose pour L'Incorrect

L’écrivain Dominique Noguez nous a quittés la semaine dernière à l’âge de 76 ans. Notre ami Olivier Maillart, critique cinématographique et romancier, lui rend ici hommage.

 

C’est lune des premières choses qui frappe, lorsque lon se met à fréquenter le petit monde des lettres, ses auteurs, ses revues et ses cercles : la plupart des jeunes sont vraiment très cons. Projetés avec ardeur dans la lutte pour la reconnaissance, ils sont méfiants, retors, envieux, et cest à qui marchera le plus méchamment sur le pied du voisin.

 

Lire aussi : L’éditorial de Jacques de Guillebon : Fragments de France

 

Pris dans une espèce de concours de bite sans fin (le concours, pas la bite), ils ne voient dans les autres quautant dobstacles ou doutils à manier pour arriver plus loin. De ce point de vue, jai eu de la chance.

Lorsque mon ami Francesco Forlani commença à m’amener aux mardis de L’Atelier du roman (ça devait être en 2002 ou en 2003), il ny avait pratiquement que des vieux du moins, cest ainsi que je les voyais. Et, parmi ces personnes qui avaient déjà fait leurs preuves, qui navaient plus à écraser personne, qui pouvaient en toute tranquillité se montrer accueillantes et sympathiques à l’égard des petits nouveaux, il y avait Dominique Noguez.

 

 

Il était pour ainsi dire là à chaque fois. Pas besoin de se représenter : il se souvenait de vous, prenait des nouvelles. Toujours affable, fin et drôle. Merveilleusement cultivé, grand connaisseur de la littérature latine, ce qui mimpressionnait beaucoup.

Comme Michel Déon (largement son aîné, et dun tout autre horizon intellectuel et politique, certes, mais ils appartenaient tous deux à la même famille à mes yeux, de ce point de vue), il ne refusait jamais son aide : il encourageait, lisait, écrivait et répondait toujours.

 

Lire aussi : L’édito culture : Encore un effort pour entrer dans le 21e siècle

 

Et puis il connaissait tous ces petits endroits cachés où l’on peut boire, à Saint-Germain-des-Prés, où l’on nentre que si lon est déjà connu du patron, bars sans pancarte ni indice sur la rue, avec porte secrète qui vous amène magiquement du trottoir pluvieux à une pièce confortable et chaleureuse, où l’on peut boire longtemps, et bien.

Je le revois encore sasseoir. Une fois installé, il lançait avec un air d’autorité malicieuse : « Quand je bois, je bois ! » Et c’était vrai. C’était beau dailleurs, de voir Dominique ivre : comme il était très grand, on avait limpression dun navire qui tangue dans la tempête – sans jamais chavirer.

 

Une fois installé, il lançait avec un air d’autorité malicieuse : « Quand je bois, je bois ! » Et c’était vrai. C’était beau dailleurs, de voir Dominique ivre : comme il était très grand, on avait limpression dun navire qui tangue dans la tempête – sans jamais chavirer.

 

L’été dernier, jai encore retrouvé cette image de lui : debout, bien droit, avec un sourire en coin. Mon éditeur mavait demandé, un peu au débotté, de trouver un préfacier pour un petit essai sur le cinéma. J’avais pensé à lui, parce que je connaissais ses écrits sur le cinéma expérimental, sa finesse critique, et laccueil toujours amical quil mavait réservé.

Il avait tout de suite accepté de lire le manuscrit. Il devait être malade pourtant. Il avait lu avec sérieux, puis refusé. Son message était fort beau, plein du tact et de la malice que je lui ai toujours connus.

 

Lire aussi : Woddstock fut-il conforme à sa légende ?

 

Il me disait notamment « quune préface n’est pas seulement un brin de persil ou de cerfeuil quon ajoute à un excellent pâté en croûte », et que même s’il reconnaissait des qualités au texte, il ne sy retrouvait pas (trop de cinéma hollywoodien, pas assez davant-garde, sans compter tous mes emprunts à la langue anglaise : là je m’étais fait taper sur les doigts !).

Ça m’avait déçu, forcément, mais comment en vouloir à un homme qui compare sa propre prose à un « brin de persil », et qui refuse, même pour faire plaisir, de renier ce quil voit (à raison) comme lun des engagements artistiques de toute sa vie ? Car Dominique a mené un certain nombre de batailles, et il les a menées en écrivain. Pour la langue française, pour le cinéma expérimental.

 

 

Et sans doute pour beaucoup dautres choses, car ses intérêts étaient multiples. Il y avait lhumour, et puis toute une pléiade d’écrivains un peu oubliés (je le revois demandant pour la énième fois à Lakis Proguidis : « À quand un dossier dans L’Atelier sur Mandiargues ? » Et Lakis de répondre, comme de juste : « Commence par écrire un article, on verra pour la suite… »).

Tant dautres chosesJe me souviens dun article lumineux sur le Œdipe Roi de Pasolini que Dominique avait écrit tout jeune homme, et dont je m’étais rendu compte (en étudiant le film dun peu près) quil avait été pillé par un universitaire peu scrupuleux.

 

Lire aussi : Pornographie partout, maisons-closes nulle part

 

De ses aphorismes, qui me faisaient mourir de rire (un notamment, que je cite régulièrement, je crois bien que je lavais lu dans L’Imbécile de Frédéric Pajak : « L’âge venu, non seulement on est dérangé par le bruit, mais, en plus, on lentend mal. »). Et puis, dans sa méthode pour Rater complètement sa vie en onze leçons, cette merveilleuse illustration figurant un « tour du monde raté » : une carte du monde, avec un trait partant de la France, et qui s’arrête au beau milieu de lAtlantique

 

Résultat de recherche d'images pour "lénine dada"

 

Mais je crois bien que, de tous ceux que jai lus (et il men reste beaucoup à lire), le livre de Dominique que je préfère est Lénine dada. C’est une sorte de chef d’œuvre. Au début, ça ressemble à un canular d’étudiant brillant, de normalien blagueur : Lénine, exilé en Suisse pendant la Première Guerre mondiale, a vécu à Zurich, au moment où les premiers dadaïstes y officiaient, Tristan Tzara en tête.

À partir de cette rencontre fortuite et belle comme la rencontre dune faucille et dun marteau sur une scène de cabaret, de ce montage des attractions imposé par lHistoire et la vie même, Noguez imagine un Lénine dadaïste, et retrace, documents authentiques à l’appui, toute lhistoire de la révolution bolchevique comme un vaste happening artistique, drolatique et sanglant.

 

Résultat de recherche d'images pour "Les Trois Rimbaud"

 

On se dit que ce nest quune farce, et puis on se rend compte que la farce était le seul moyen de vraiment comprendre l’énormité de ce qui a eu lieu. Comme si, par quelques invraisemblables sortilèges, Alfred Jarry s’était plu à réécrire une nouvelle du Tombeau pour Boris Davidovitch de Danilo Kiš… Avec Lénine dada, Dominique a réussi un grand livre sur Lénine et lURSS. Et un grand livre sur le dadaïsme, dans un éclat de rire terrifié.

Tout cela pour dire quil y a bien des gens qui lont mieux connu que moi, et plus longtemps, mais que je suis heureux davoir croisé la route de Dominique Noguez. Que je me replonge dans les livres de lui que je possède, et que je men irai lire ceux que je ne connais pas encore.

 

Lire aussi : Permis de procéer, permis de tuer, le grand renversement

 

Comme il nous a même appris à rater notre mot de la fin, je suis à présent tenté de lui céder la parole pour clore cet article : « Veillez à terminer votre vie sur une phrase inaudible ou un gargouillis. Vous éviterez ainsi de figurer au nombre de ceux qui ont su sortir en beauté (…). »

Mais tes livres sont là, Dominique, qui nous prouvent que tu as su faire beaucoup mieux.

 

Olivier Maillart

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest

Share This