Skip to content

[Portrait] Damien Colcombet : sculptures animées

Cadre dans l’audit, Damien Colcombet a décidé de tout plaquer pour s’adonner à sa passion : la sculpture animale pour restituer le plus fidèlement possible les merveilles de la Création. Portrait.

Partage

© Benjamin de Diesbach pour L'Incorrect

Sciences Po Paris 1990. Damien Colcombet débarque de sa Bretagne natale dans une chambre de bonne austère, dans une arrière-cour de la rue du Commerce. Pour toute décoration, une vague affiche pour une exposition d’Antoine Louis Barye, sculpteur animalier du XIXe siècle à la galerie « Univers du bronze » dans le VIIIe arrondissement. Tant mieux, les animaux, Damien adore ça. Il revient de son premier safari au Kenya, voyage initiatique fait avec son grand-père qui lui a transmis sa passion de la nature et de la pêche, et il est prêt à conquérir Paris : IEP, audit, finances, son avenir professionnel est déjà tracé, et cette sympathique affiche sera tout au plus un clin d’œil à son goût pour la contemplation de nos amis les bêtes.

Les choses ne se passeront pas exactement comme prévu. S’il a commencé sa carrière comme convenu chez Arthur Andersen en audit avant de passer en direction financière, menant une vie de cadre classique, Damien a toujours gardé dans un coin de la tête le poster de sa chambre d’étudiant. L’affiche au mur a laissé sa place à un premier bronze sur la cheminée, puis un second, puis... des Barye, des Mène, des Fremiet, des Rosa & Isidore Bonheur s’accumulent dans l’appartement parisien, qui devient, après un mariage et une mutation professionnelle, un appartement familial lyonnais.

Lire aussi : [Portrait] David Desgouilles : souverainiste intégral

Déjà derrière le collectionneur apparaît le connaisseur éclairé, qui deviendra vite un spécialiste. Mais cela ne lui suffit pas. Si Damien aime le bronze, il aime encore plus l’animal, et c’est à Lyon qu’il se décide à franchir le pas, en commençant à prendre, en parallèle de ses vies professionnelle et familiale déjà bien chargées, des cours de modelage chez Yvonne Dumas. L’objectif assumé est de mettre à son tour la main à la pâte. C’est un mouflon du Parc de la Tête d’Or qui aura le privilège d’être son premier modèle, après avoir été pris en photo sous tous les angles par Damien et son épouse. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest